Barry Callebaut continue de miser sur le "made in Belgium"

©Barry Callebaut/Marcel Van Coile

Le succès du chocolat belge pousse Barry Callebaut à investir à Wieze et Hal où il va aussi installer un nouveau centre mondial d’expertise dédié au chocolat de décoration.

Bonne nouvelle pour l’économie belge: le géant suisse Barry Callebaut va augmenter ses capacités de production de 20% dans notre pays au cours des dix-huit mois à venir. Un investissement qui se comptera en dizaines de millions d’euros, et qui concernera les quatre unités de production qu’exploite le groupe en Belgique: Wieze, Hal (l’usine Côte d’Or reprise à Mondelez fin 2016), Thimister-Clermont et Heule (Courtrai). Et ce n’est pas tout… Le leader mondial des ventes de chocolat aux professionnels va également installer à Hal son nouveau centre d’expertise mondial dans le secteur des chocolats de décoration. Ce centre devrait ouvrir ses portes d’ici la fin 2018 ou le début 2019, a annoncé hier au Tijd et à L’Echo Massimo Garavaglia, le directeur du groupe pour la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique (EMEA). Deux bonnes nouvelles qu’il a également dévoilées lundi au conseil d’entreprise européen de Barry Callebaut.

Massimo Garavaglia, président EMEA de Barry Callebaut. ©Kristof Vadino

Le chocolat belge jouit d’une réputation de qualité que le monde entier nous envie. Barry Callebaut veut continuer de surfer sur cette tendance, notamment grâce à sa marque belge Callebaut et à son usine de Wieze, la plus grande fabrique de chocolat au monde. Actuellement, deux tiers des chocolats produits par les entités du groupe en Belgique sont commercialisés à l’international. Et la tendance pour le "made in Belgium" reste résolument orientée à la croissance. Bien qu’il ne veuille pas donner de chiffres spécifiques à la Belgique, Massimo Garavaglia souligne que sa division EMEA a enregistré l’an dernier une croissance de 6,4% en volume, alors que l’ensemble du marché a décru dans le même temps de 0,5%. Une croissance surtout enregistrée en Europe de l’Ouest.

"Nous proposons différentes marques à nos clients, industriels et artisans chocolatiers, explique-t-il. Chaque marque a son histoire, sa tradition, ses caractéristiques. Ces dernières années, on a beaucoup travaillé autour des spécificités de chacune d’entre elles. On a ainsi fortement développé la marque belge Callebaut. Les volumes sont en progression un peu partout dans le monde pour le chocolat belge et nous sommes arrivés au moment où il faut suivre la demande en augmentant nos capacités."

Cela se traduira par une hausse globale de 20% de l’appareil productif existant en Belgique. À l’usine de Wieze, de nouvelles lignes de production seront mises en place. L’investissement ne visera pas uniquement les capacités, mais aussi les "aptitudes" de l’usine, entendez: la gamme de produits sera étendue.

Double investissement à Hal

"Les volumes sont en progression un peu partout dans le monde pour le chocolat belge et nous sommes arrivés au moment où il faut suivre la demande en augmentant nos capacités."
Massimo Garavaglia
Patron de Barry Callebaut EMEA

À Hal, où Barry Callebaut a les coudées franches depuis la finalisation du rachat de l’usine Côte d’Or auprès du groupe Mondelez fin décembre dernier, l’outil a déjà été partiellement adapté: l’usine a commencé à fabriquer certains produits Callebaut aux côtés des chocolats Côte d’Or. Le groupe va encore y étendre l’éventail de produits du groupe. Il va en outre y ouvrir une ligne de chocolat de décoration: des chocolats qui servent à orner les pâtisseries ou à enrichir les pralines, les crèmes glacées, etc. Un segment dans lequel opèrent précisément les deux autres usines belges du groupe, à Thimister à et Heule. Ces investissements seront déployés dans les bâtiments existants à Hal. Dans la foulée, Barry Callebaut a décidé d’y établir son Centre d’expertise mondial pour le chocolat de décoration. Un centre qui sera appelé à collaborer avec des universités et d’autres industriels, pour maximiser ses chances de développer des nouveautés.

"Ce type de chocolat vient compléter notre offre ‘core’ en élargissant les possibilités pour nos clients de créer de nouveaux produits. Nous avons développé un réseau mondial de chocolat de décoration au départ de sept unités de production, dotées chacune d’un centre de R&D. Mais Hal hébergera notre unique Centre d’expertise." Le regain de popularité de ce segment du marché s’explique notamment par le souci des chocolatiers et industriels de personnaliser toujours davantage leurs produits.

Emplois consolidés

À côté de ses clients industriels du secteur alimentaire, Barry Callebaut a pris l’habitude de chouchouter la clientèle des artisans chocolatiers. Il a créé à leur intention douze académies du chocolat dans le monde, dont une importante basée à Wieze. L’an dernier, les douze ont accueilli pas moins de 30.000 chefs et chocolatiers, à qui ils ont dispensé une formation… "Nous voulons en faire plus pour les artisans chocolatiers et nous sommes bien positionnés pour le faire", insiste le directeur EMEA.

Dans l’immédiat, ces différents investissements ne créeront pas de nouveaux emplois, mais permettront de consolider l’effectif existant, selon Massimo Garavaglia. Le groupe emploie quelque 1.500 personnes dans notre pays, dont 300 à Hal où, pour rappel, il est lié pour les dix années à venir à Mondelez, pour le compte duquel il continuera d’y produire la marque Côte d’Or.

3 QUESTIONS A MASSIMO GARAVAGLIA

1. Où ira le gros de vos investissements en Belgique?

L’accroissement des capacités concernera nos quatre usines belges. Hal jouera un rôle important dans ce programme, mais ne sous-estimez pas le rôle de l’usine de Wieze. Celle-ci est certes utilisée intensivement actuellement, mais il y a encore des opportunités pour y faire davantage, non seulement en capacités, mais également en aptitudes, afin d’alimenter notre réservoir à innovations.

2. À quoi est due la réputation du chocolat belge aujourd’hui?

À travers les années, l’industrie belge a maintenu une haute qualité de production. Je crois aussi que la Belgique dispose d’une culture forte du chocolat, qu’on ne retrouve pas ailleurs. Nos clients le comprennent bien, dès lors qu’on le leur propose de manière adéquate… Il y a un intérêt unique pour le chocolat en Belgique. Et vous ressentez cela un peu partout dans le monde. La preuve en est que la marque Callebaut croît partout: sur les marchés asiatiques, en Amérique et même dans nos régions, qui sont pourtant considérées comme des marchés matures.

3. Combien allez-vous investir précisément dans notre pays?

Nous ne donnons de chiffres que par zone, pas par pays: c’est la politique du groupe. La Belgique fait partie de la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique. Sur les deux dernières années, Barry Callebaut a investi 150 millions d’euros en extension de capacités dans cette zone. Ces investissements ont concerné au premier chef la Belgique, la Pologne, l’Espagne et le Royaume-Uni. Le nouveau plan d’investissement pour la Belgique est important: il confirme notre intention de continuer à investir dans le chocolat belge. Une extension de 20% des capacités, vous savez, c’est quelque chose de grand… Cela représente un accroissement significatif à la fois de nos capacités et de nos potentialités. Il s’agit non seulement d’augmenter nos volumes, mais aussi la variété des solutions à proposer à nos clients. Cela concerne non seulement des lignes de production, mais aussi du savoir-faire et des technologies.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content