BeerSelect séduit Belfius et un fonds de private equity

La brasserie BeerSelect sera dotée dès cet été d'une ligne de canettes. ©AFP

Une brasserie de moins de trois ans réussit à lever 6 millions d'euros pour financer sa rapide expansion. Ces trois "gamins" sont à la tête de BeerSelect, à Gand.

Bien que très jeune, la brasserie gantoise BeerSelect ne manque pas de culot. Son modèle a déjà convaincu la banque Belfius et la société de private equity Tilleghem de lui octroyer 6 millions d'euros pour mener à bien ses plans d'expansion.

La brasserie a été portée sur les fonts baptismaux à la fin de l'année 2018 par trois entrepreneurs de moins de trente ans, Wout Meuleman, Miel Bonduelle et Kasper Peeters. "Il existe déjà tellement de bières en Belgique qu'il importait de se distinguer", explique Wout Meuleman. "On a décidé de se concentrer sur une réunion d'artistes plutôt que sur un seul."

"Une bonne brasserie comme Brussels Beer Project est une sorte de Picasso de la bière. Nous, nous voulons incarner tout à la fois Picasso, Rubens et Monet."
Wout Meuleman
Co-fondateur et CEO de BeerSelect

Car brasser en innovant, c'est à ses yeux une forme d'art plutôt que d'artisanat. Il poursuit: "Une bonne brasserie comme Brussels Beer Project est une sorte de Picasso de la bière. Nous, nous voulons incarner tout à la fois Picasso, Rubens et Monet." Un projet pour le moins ambitieux, qu'ils ont développé en se mettant au service des autres, brasseurs comme particuliers passionnés. En clair, BeerSelect brasse pour des tiers, tout en leur offrant aussi, si nécessaire, un service marketing.

2.000 litres
niveau minimum de production pour tiers
BeerSelect accepte de brasser pour tiers à partir de 2.000 litres.

Mais des brasseries qui produisent à façon pour d'autres existent déjà... On songe notamment à la brasserie Anders, dont c'est la spécialité. "Ce qui nous différencie est l'accès à nos installations", répond Wout Meuleman. "On accepte de brasser à partie de 2.000 litres. On place le client au centre de nos préoccupations, et on met l'accent sur l'innovation au niveau du goût et des ingrédients." Selon Wout et ses associés, les grands brasseurs s'activent surtout dans l'innovation technologique, ce qui laisse le champ libre aux petits pour créer dans le domaine des saveurs.

On engage dix personnes

Leur modèle a convaincu Belfius Banque, Belfius Assurances et Belfius Lease, ainsi que le fonds Harvest de Tilleghem. Les premières lui ont octroyé pour 4 millions d'euros de prêt et de leasing, tandis que le dernier lui a injecté 2 millions sous forme de capital.

Avec ces nouvelles ressources, BeerSelect va étendre ses capacités de production pour les faire passer de 8.000 à 30.000 hectolitres. Elle va se doter d'une ligne de soutirage en canettes. Elle va élargir sa production aux hard seltzers, ces eaux alcoolisées très tendance, et engager dix personnes. "Le gros de l'investissement sera la ligne de canettes", détaille Wout Meuleman. "On reçoit beaucoup de demandes pour des bières en canette, y compris de l'étranger. Et en termes de qualité, je trouve les canettes préférables aux bouteilles en verre: la qualité de la bière dépend notamment de l'air et de la lumière, deux critères mieux remplis avec la canette."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés