Brussels Beer Project crée de l'emploi en pleine pandémie

Les fondateurs Olivier De Brauwere et Sébastien Morvan estiment avoir bien passé le "crash-test" imposé par la crise. ©jonas lampens

Jamais à court d'inspiration, la brasserie artisanale Brussels Beer Project ouvre un "taproom" au cœur de Bruxelles en défiant la crise.

La Brasserie artisanale Brussels Beer Project (BBP) continue de défier la crise. Alors que la construction de ses nouvelles installations se poursuit au rythme prévu le long du canal au Biestebroeck à Anderlecht, la PME prévoit d'engager 20 personnes rapidement. De quoi porter son effectif de 35 à 55 personnes.

55
emplois
La brasserie bruxelloise va recruter 20 personnes pour porter son effectif total à 55.

Pas mal pour une entreprise créée il y a huit ans à peine. Les nouveaux collaborateurs iront gonfler les équipes à la nouvelle brasserie, au siège social rue Dansaert et... au nouveau café que le BBP va ouvrir d'ici un mois environ à l'angle de la rue du Bailli et de l'Avenue Louise.

Un QG pour les consommateurs

Contre vents et marées, la société fondée par Olivier De Brauwere et Sébastien Morvan a repris le pub irlandais à l'enseigne Michael Collins qui logeait là pour en faire un "taproom" dédié à la bière et aux produits de BBP.

Le "BBP Bailli" viendra compléter un portefeuille d'établissements propres qui compte déjà deux bars à Paris, le BBP Pigalle et le BBP Canal.

"On cherchait depuis des années un bon endroit à Bruxelles, souligne Sébastien Morvan. On va en faire une sorte de quartier général pour notre communauté de consommateurs, pour qui ce n'était pas toujours évident de se rendre rue Antoine Dansaert. Ce sera notre bateau amiral. Outre un large espace intérieur, on y découvrira une belle terrasse; le tout peut accueillir jusqu'à 300 personnes. Il y aura une trentaine de tireuses à bière, mais aussi un four à pizza importé d'Italie. Et on a engagé deux très bons pizzaioli."

Le "BBP Bailli" viendra compléter un portefeuille d'établissements propres qui compte déjà deux bars à Paris, le BBP Pigalle et le BBP Canal.

Résultats résilients

Une gageure, d'ouvrir un établissement horeca en pleine pandémie ? "Nous sommes optimistes pour les prochains mois, répond le brasseur. La situation va progressivement s'améliorer, selon nous, et les gens perçoivent l'importance qu'il y a à se retrouver autour d'une table. Ils vont revaloriser leur dimension épicurienne."

"On a terminé 2020 (à fin août) en légère croissance et en bénéfice."
Sébastien Morvan
Cofondateur de BBP

Pour l'entrepreneur, cette crise a servi en somme de "crash test". Elle lui a permis de vérifier la solidité de son business plan et de sortir de cette période difficile avec le plein de confiance. Et si l'an dernier BBP a perdu la moitié de ses clients dans l'horeca, elle a réussi à compenser cela dans ses ventes en magasins et via l'e-shop qu'elle a lancé au début de la pandémie.

"On a terminé 2020 (à fin août) en légère croissance et en bénéfice. Auparavant, on progressait de plus de 30% par an, mais n'empêche, on s'en est bien sortis." Et si le chantier se déroule comme prévu, les premières bières sortiront cette année encore des lignes de la nouvelle brasserie, où opéreront une partie des nouveaux engagés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés