Publicité
epinglé

Bruxelles ne va plus brusseler chez Léon

Cette enseigne va disparaître de la façade des 80 brasseries de la chaîne en France pour céder la place à "Léon". ©BELGAIMAGE

Tout f... le camp, même la belgitude. Nos voisins français transforment "Léon de Bruxelles" en un simple "Léon". Pour déguster plus large...

Bruxelles aurait-elle perdu son charme baroque, son attrait touristique, sa renommée ès gastronomie? On peut se le demander en découvrant le changement d'enseigne de la chaîne de restaurants Léon de Bruxelles en France. L'ensemble de brasseries développé outre-Quiévrain au départ du groupe belge Chez Léon et racheté en 2019 par le groupe (français) Bertrand vient en effet d'annoncer qu'il abandonnait la précision géographique "de Bruxelles" pour ne plus conserver que le nom de "Léon".

Objectif? Rompre avec la belgitude, qu'on associe avec le moule-frites, pour se muer en restaurants de produits de la mer pour tous, a expliqué la direction au quotidien français Les Echos. Autrement dit, la belgitude, ou plus précisément la bruxellitude n'attire plus, ne fait plus vendre. Quant au moule-frites, il a perdu son statut de plat exotique du nord, c'est devenu un mets banal, voire un pis-aller pour les palais habitués aujourd'hui à se voir servir de larges assortiments de fruits de la mer.

C'est dommage pour le folklore, mais c'est aussi inquiétant pour la réputation du "made in Belgium". Alors que la réouverture des restaurants devrait sonner la charge des consommateurs et permettre de redécouvrir les atouts de la gastronomie notamment belge et bruxelloise, ce mini événement donne l'impression que notre étiquette a pâli, que la France et derrière elle le "global" (le globe, en franglais d'affaire) ont perdu le goût pour ce micro-pays où, finalement, on ne sait plus que brasser et chocolater. Le temps brélien où "Bruxelles rêvait", "chantait" et "bruxellait" semble bien loin.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés