Cap Innove et Charleroi Entreprendre veulent doper l'agroalimentaire innovant et local

Cap Innove et Charleroi Entreprendre veulent soutenir des projets favorisant une alimentation saine et locale. ©Photo12

Les incubateurs Cap Innove et Charleroi Métropole unissent leurs forces pour favoriser l'émergence de projets entrepreneuriaux dans l'agroalimentaire.

Rien de tel que l'intelligence collective pour favoriser l'émergence de projets innovants. Les incubateurs ID2Food, émanation du cluster Cap Innove (Brabant wallon) et Food.C, le nouveau cluster alimentaire de Charleroi Entreprendre, l'ont bien compris: ils unissent leurs forces pour stimuler ensemble les initiatives entrepreneuriales dans le domaine de l'agroalimentaire.

L'idée centrale, c'est de soutenir des projets favorisant une alimentation saine et locale. Pour accélérer leur émergence, Cap Innove et Charleroi Entreprendre préparent l'organisation d'événements structurants.

"À ce jour, une quarantaine de candidats entrepreneurs se sont inscrits."
Denis Cariat
Coordinateur de la cellule Food.C

Le premier rendez-vous est fixé du 25 au 27 septembre, avec l'organisation d'un Food Hack à Charleroi. Durant trois jours, les candidats entrepreneurs pourront rencontrer des experts, avant une session finale au cours de laquelle les projets les plus prometteurs seront choisis et bénéficieront d'un accompagnement.

"Avec la crise du Covid-19, le Food Hack, initialement prévu en mars, a dû être reporté en juin, puis en septembre. L'avantage, c'est que cela a boosté l'intérêt. À ce jour, une quarantaine de candidats entrepreneurs se sont inscrits", explique Denis Cariat, coordinateur de la cellule Food.C. au sein de la cellule Charleroi Métropole.

Des entrepreneurs comme Chuck de Liedekerke (Soil Capital) et Emna Everard (Kazidomi) se sont d'ors et déjà dits prêts à partager leur expérience auprès des candidats entrepreneurs.

Prochaine étape: un Food Camp

En prolongement de ce Food Hack, les clusters carolo et brabançon travaillent déjà à l'organisation d'un Food Camp, un programme d'accélération de douze semaines. À raison de deux ou trois jours par semaine de cours théoriques et d'ateliers pratiques, celui-ci doit aider dix à douze candidats entrepreneurs à développer leur projet en se confrontant directement aux réalités du terrain et au public visé.

"Le gros avantage de ce genre d'exercice, c'est de pouvoir valider une fibre entrepreneuriale et de repérer les projets les plus prometteurs", souligne Guy Bouckaert, directeur général de Cap Innove.

10
candidats entrepreneurs
Le Food Camp doit confronter 10 à 12 candidats entrepreneurs aux réalités du terrain et au public visé.

Agriculteurs, artisans, maraîchers, éleveurs, étudiants, entrepreneurs, start-ups, PME...., le Food Camp ratisse large. "Notre objectif, c'est de favoriser l’émergence de futurs entrepreneurs qui contribueront tous à leur manière à renforcer le paysage économique wallon", ajoute-t-il.

Cette collaboration entre clusters sous-régionaux est suffisamment rare pour être signalée. "La connexion des clusters 'food' de Charleroi et du Brabant wallon n'est qu'un début. La volonté de la Sowalfin, c'est qu'à terme toutes les entités se parlent", précise Denis Cariat.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés