Carrefour renoue avec les bénéfices, malgré une Belgique "atone"

©Wim Kempenaers (WKB)

Carrefour est repassé dans le vert en 2019, en dégageant un bénéfice de 1,13 milliard d'euros dopé notamment par les recettes de la cession de ses activités en Chine. La Belgique et l'Italie sont à la traîne.

Le groupe Carrefour , engagé dans un vaste plan de transformation depuis deux ans, est repassé dans le vert en 2019 après deux exercices en perte, faisant dire à son PDG Alexandre Bompard qu'il est désormais "sur une trajectoire de croissance rentable". 

Le distributeur français a dégagé l'an dernier un bénéfice net de 1,13 milliard d'euros, dopé notamment par les recettes de la cession de ses activités en Chine, finalisée à 80% fin septembre, selon des résultats publiés jeudi.

Nous 'surperformons' le marché dans l'e-commerce alimentaire et notre compétitivité prix s'améliore"
Alexandre Bompard
CEO de Carrefour

Cette cession, ajoutée à celle du site de vente en ligne Rue du Commerce qui devrait être finalisée à la fin du premier trimestre 2020, ainsi qu'à celle de Dia France en 2018, marquent "une avancée notable dans l'assainissement du portefeuille et la sortie d'activités déficitaires", ainsi que le "recentrage de Carrefour sur l'alimentaire", note le groupe.

C'est en France que les affaires se portent le mieux avec un résultat opérationnel courant de 539 millions d'euros en 2019 soit une hausse de 15,6%. En Amérique latine et en Asie, le résultat opérationnel est également en hausse. 

Croissance atone en Belgqiue

Mais dans le reste de l'Europe, la donne reste plus compliquée. Le résultat opérationnel courant de l'Europe hors France est ainsi en baisse de 17 millions d'euros à 647 millions d'euros. Cette évolution reflète "une performance solide en Espagne et en Europe de l’Est, où le modèle commercial confirme son attractivité", détaille la société, mais aussi une "croissance atone en Italie et en Belgique, où des investissements substantiels en compétitivité ont été engagés, en partie compensés par des baisses de coûts plus importantes au second semestre avec la finalisation des plans de départ."

-2,9
%
Les ventes brutes en Belgique sont en baisse de 2,9% à 4,15 milliards d'euros.

En Belgique, où le groupe a 789 magasins sous sa bannière, les ventes brutes sont en baisse de 2,9% à 4,15 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires est aussi en recul en Belgique à 3.797 millions d'euros en 2018 contre 3.907 millions en 2018.

Pour la France, la hausse s'explique d'une part, par une "dynamique de baisse de coûts, de transformation des organisations et l'amélioration des conditions d'achats marchands et non-marchands", et d'autre part, par "des investissements en compétitivité prix et dans l'attractivité de l'offre, les services et le digital (numérique)".

La marge opérationnelle courante du groupe s'élève à 2,9%, en progression par rapport à 2018. Pour le CEO Alexandre Bompard, "le rythme d'expansion de nos formats de croissance s'accélère, les produits bio et à marque Carrefour gagnent du terrain, nous 'surperformons' le marché dans l'e-commerce alimentaire et notre compétitivité prix s'améliore", ajoute-t-il.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés