CTH Invest aide Biscuits Delacre à effacer ses grosses pertes reportées

Biscuits Delacre exploite deux usines, une en Belgique à Lambermont et une deuxième à Nieppe, en France (photo). ©BELGAIMAGE

Le biscuitier a accusé des pertes nettes durant les trois années qui ont suivi son rachat au groupe Pladis. Son actionnaire CTH Invest (famille Ferrero) a consenti un effort d'assainissement fin décembre dernier en lui versant 8,5 millions d'euros.

La situation financière du biscuitier belge Biscuits Delacre s’est améliorée, suite à une double transaction qui a permis d’effacer le gros de ses pertes reportées. CTH Invest, son holding faîtier contrôlé par Giovanni Ferrero (Groupe Ferrero), a procédé à une nouvelle augmentation de capital qui, prime d’émission comprise, s’est élevée à 8,5 millions d'euros.

36,8
millions €
Biscuits Delacre vient d'apurer ses pertes reportées à hauteur de 36,8 millions.

Suite à quoi, Biscuits Delacre a réduit son capital de 25,1 millions et ses primes d’émission de 11,7 millions, afin d’apurer pour 36,8 millions de pertes reportées.

Trois années dans le rouge

Les dernières exercices du biscuitier ont été difficiles. Biscuits Delacre a vu son chiffre d’affaires reculer de 138,6 millions en 2016 à 129,4 millions en 2018. Dans le même temps, son profit d’exploitation a basculé dans le rouge et son résultat net s’y est profondément enfoncé. De 1,2 million en 2016, sa perte nette a gonflé à 13,9 millions l’année suivante, puis à 21,7 millions en 2018. Résultat des courses, ses pertes reportées ont atteint 39 millions à fin 2018.

Le plan stratégique pour les années à venir tient compte des niveaux de pertes temporaires dans cette phase de développement de la société.
Le conseil d'administration de Biscuits Delacre

Vu la fonte de l’actif net, le conseil d’administration a dû établir un rapport spécial pour justifier la continuité de la société (article 633 du code des sociétés). Il y a expliqué que "le plan stratégique pour les années à venir tient compte des niveaux de pertes temporaires dans cette phase de développement de la société", et a précisé que "l’actionnaire continuera à s’engager dans un plan stratégique pour assurer la continuité".

De fait, CTH a déjà consenti à augmenter le capital à plusieurs reprises depuis qu’il a racheté la société au groupe anglo-turc Pladis (Yildiz Holding) en 2016. On sait par ailleurs que CTH Invest est doté de moyens plantureux: le holding établi à Bruxelles a pour 1,66 milliard d’euros de capital, dont 373 millions apportés en fin d'année dernière.

Digérer la sortie

La sortie du biscuitier du périmètre du groupe Pladis n’a pas été sans conséquence concrète. Biscuits Delacre attribue en effet une partie du recul de son chiffre d’affaires à l’arrêt de la distribution des marques du groupe Pladis suite à la cession. Pour le reste, la société évoque la pression sur les coûts exercée sur le marché belge par les grandes chaînes de distribution, l’arrivée à échéance d’un important contrat de distribution en France au printemps 2018 et la volatilité des prix des matières premières.

Pour se redresser, il compte sur la nouvelle stratégie mise en place après la période de transition qui a suivi, en 2017 et début 2018, le rachat à Pladis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés