Depuis Mexico, Baudouin Havaux veut étendre son concept de bar à vins du monde

Baudouin Havaux est à l'origine de plusieurs concours vinicoles ©Kristof Vadino

C’est le plus grand bar à vin d’Amérique Latine. Imaginé par le Bruxellois Baudouin Havaux, le concept "Wine Bar by Concours Mondial de Bruxelles" va se décliner sur d'autres continents.

L’initiative revient à Baudouin Havaux, président du Concours Mondial de Bruxelles, cette compétition itinérante (elle change de lieu tous les ans) qui a rassemblé pour sa dernière édition, à Brno en République tchèque, 8.500 échantillons en provenance de 46 pays. Organisateur également d’autres concours, notamment au Mexique autour des vins et alcools de ce pays ("Mexico Sélection"), le Bruxellois avait l’idée de créer un bar à vin dédié aux rouges, blancs, rosés et mousseux médaillés lors de ce qui est devenu l’un des plus grands concours de vin du monde.

Pourquoi Mexico? "C’est un marché devenu très dynamique tant sur le plan de la production que de la consommation de vin même si on estime que dix pour cent de la population, sur près de 130 millions d’habitants (dont 8,5 millions dans la capitale), est intéressé par le vin. La consommation progresse, mais ne représente pas encore un litre per capita, même si la hausse de consommation de vin est de 180% tous les ans", analyse Baudouin Havaux qui s’est associé à un journaliste et sommelier mexicain, Carlos Borboa. "Je le connais depuis dix ans et il participe à l’organisation du concours des vins mexicains, 'Mexico Sélection', que j’organise tous les ans."

Ce "Wine Bar by Concours Mondial de Bruxelles" est installé dans le centre d’affaires de México City, proche du Paséo de la Reforma, dans un bâtiment historique appartenant à l’hôtel Marriott Reforma, rénové par une architecte et une décoratrice d’intérieur, Alejandra Medina et Fernanda Arriola. Le créateur du lieu et son associé sont donc locataires.

Espace multi activités

Sur différents espaces, Il accueille, un lounge privatisé d’United Airlines pour les clients VIP de cette compagnie aérienne américaine, un pavillon où l’on peut découvrir les vins primés au concours de Ningxia, organisé aussi par le Concours Mondial de Bruxelles, dans un décor de style chinois, l’école de formation de l’académie des sommeliers mexicains, des écrans LCD présentant des vues des vignobles du monde entier et, bien sûr, le bar à vin où l’on découvre une carte avec 500 références de vins et spiritueux du monde entier, tous primés au Concours Mondial de Bruxelles. Sans oublier des vins mexicains mis en évidence lors d’un autre Concours ("Mexico Selection") et du concours Mondial du Sauvignon.

500
références
Le bar à vin présente une carte avec 500 références de vins et spiritueux du monde entier, tous primés au Concours Mondial de Bruxelles.

De nombreux alcools primés également à ces concours, dont les incontournables Tequila et Mezcal locaux, se retrouvent aussi à la carte. Sur 650 m2, il propose encore une petite restauration dans l’esprit "tapas", "finger food", de nombreuses animations comme des dégustations commentées (rares au Mexique), des visites de producteurs malheureusement impossibles actuellement à cause de la pandémie, et des espaces consacrés à des locations pour événements privés.

Clientèle aisée

"Malgré une ouverture en période de Covid et un service effectué uniquement en terrasse, l’accueil a été d’emblée positif. Le profil de la clientèle? Beaucoup de jeunes cadres, de femmes qui s’attablent entre elles, d’entrepreneurs et hommes d’affaires aisés qui aiment montrer leurs moyens financiers… Mais dès l’ouverture, nous avons constaté une réelle curiosité pour des pays producteurs méconnus comme la Chine, bien sûr, mais aussi l’Azerbaïdjan ou la Géorgie. Ils sont très curieux et sans a priori. Ce n’était pas prévu. On était arrivé avec des valeurs sûres, des pays européens comme Bordeaux, Bourgogne, Rhône, Brunello di Montalcino, Rioja, Porto…  Nous avons été surpris. Cela arrive que des clients emportent avec eux les bouteilles restant en cave, de vins qu’ils ont appréciés. 'Il en reste quatre, je les achète.' Et on constate aussi un réel engouement pour les très nombreux vins mexicains qui sont en cave: ils représentent 50% de l’offre globale."  

Le profil de la clientèle? Beaucoup de jeunes cadres, de femmes qui s’attablent entre elles, d’entrepreneurs et hommes d’affaires aisés qui aiment montrer leurs moyens financiers

À côté d’une carte en perpétuelle rotation,  ils proposent aussi 18 vins servis au verre de différentes contenances (5, 10 et 15 centilitres), à partir de 80 pesos (trois euros). On peut ainsi déguster plusieurs vins sans soucis. "Certains habitués sont devenus accros à cette formule. Les prix sont raisonnables même si les vins sont chers au Mexique à cause de taxes plus élevées que pour les alcools", analyse le Bruxellois qui a investi seul, sur fonds propre. Quelques sponsors soutiennent également financièrement l’entreprise comme Cristal de Bohême (les verres) et Amorim, plus important producteur de liège (de bouchons) du monde. Outre son associé et directeur du lieu, douze employés travaillent dans ce bar à vin, un concept que Baudouin Havaux a l’intention de décliner. "J’ai plusieurs projets dans le même esprit, dont un au Portugal, avec un concept élargi à un restaurant assez 'haut de gamme'.  Et aussi deux en Chine, un en Corée et deux autres en Afrique, dont l’un à Kinshasa ." 

40.000
hectares de vigne
Le Mexique dispose de 40.000 hectares de vigne: le tiers du vignoble bordelais.

Souci logistique

Comment se déroule la logistique? Les bouteilles sont-elles expédiées d’un "hub" central?  "C’est notre gros soucis. La plupart sont expédiées de Bruxelles et achetées soit chez nos importateurs, soit directement chez le producteur si celui-ci n’a pas de distributeur en Belgique. Pour les vins mexicains, ils arrivent aussi soit de la production, soit de distributeurs basés généralement à Mexico. Ils sont très enthousiastes et souhaitent vraiment être référencés chez nous. C’est, pour eux, une vitrine intéressante. Ce pays dispose de près de 40.000 hectares de vignes, le tiers du vignoble bordelais. Elles sont principalement situées dans la Baja California, au nord-ouest du pays. Mais la majorité de la production est commercialisée en raisins de table ou partent à la distillation", explique Havaux. Le vin reste toujours un produit de luxe dans ce pays. Et pourtant, le Mexique a été le premier du continent américain à accueillir la vigne. C’était en 1521.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés