Deux Wallons prêts à convertir l'Europe aux hard seltzers

Olivier Meurens dans les installations de MIS, à Courcelles, où sont produites les nouvelles boissons des marques Hïvy et Nysa. ©Kristof Vadino

Olivier Meurens et Philippe Bonsang ont du culot à revendre. Ils se lancent avec ambition dans la production de cette boisson que les Américains s'arrachent.

Les nouvelles tendances qui marchent aux Etats-Unis sont souvent importées avec succès en Europe. Deux entrepreneurs de la région de Herve, Olivier Meurens et Philippe Bonsang, ont fait le pari de convaincre les consommateurs belges et européens de boire des "hard seltzers". Ces eaux gazeuses alcoolisées et aromatisées font un tabac outre-Atlantique, où leurs ventes croissent de manière vertigineuse ces derniers mois. Audacieux, le tandem wallon n'a pas voulu se cantonner dans un rôle d'importateur/distributeur, mais a décidé d'écrire ses propres recettes et de produire lui-même le breuvage dans sa région. C'est ainsi que sont nées les marques Hïvy et Nysa, la première étant destinée à la vente dans la grande distribution, la deuxième à la commercialisation dans les cafés et restaurants (horeca).

L'export déjà en chantier

Pour la production, nos deux créateurs recourent aux services de MIS, une usine d'embouteillage, de fermentation et de désalcoolisation détenue par Olivier et Patrick Meurens, en partage avec Philippe Stassen (Néobulles). Etablie à Courcelles, près de Charleroi, l'unité peut tourner pour Hïvy et Nysa au rythme de 13.000 bouteilles à l'heure, soit une capacité de 100 millions de bouteilles par an.

"Nous ne sommes pas les premiers à produire des hard seltzers en Belgique, mais nous sommes les premiers à le faire à l'échelle du pays", souligne Philippe Bonsang. "Les autres travaillent au niveau local." Car les fondateurs des deux sociétés d'exploitation, Hïvy et Nysa SRL, voient grand. Ils tablent sur un chiffre d'affaires de quelque 5 millions d'euros dès les premiers douze mois, et planchent déjà sur leur déploiement à l'exportation.

"Nous ne sommes pas les premiers à produire des hard seltzers en Belgique, mais nous sommes les premiers à le faire à l'échelle du pays."
Philippe Bonsang
cofondateur, Hïvy SRL et Nysa SRL

Car ce n'est pas la seule Belgique mais toute l'Europe qui découvre à peine cette nouvelle catégorie de boissons. C'est donc le moment où jamais de s'implanter dans les bons marchés. "Nous cherchons à conclure des accords avec les meilleurs distributeurs dans chaque pays, détaille Bonsang. Nous avons déjà des contacts avancés pour le Benelux, l'Espagne, l'Italie, l'Autriche et le Danemark. Et nous souhaitons aussi entrer sur le marché français."

L'horeca est très demandeur

Pour séduire les consommateurs, ils ont soigné leurs recettes. Chaque marque est déclinée en trois arômes fruités. Les boissons sont composées d'ingrédients naturels, sont faibles en calories, ne contiennent ni sucre ajouté ni gluten et titrent à 5% d'alcool. L'alcool est produit par fermentation à base de sucre, la boisson n'entre dès lors pas dans la catégorie des distillats ni dans celle des bières, ce qui a une incidence sur le niveau d'accises perçues par l'Etat. "On est à 10 cents d'accises par bouteille de 33 centilitres", explique Olivier Meurens.

"On a réalisé beaucoup de tests. On va toucher un public assez large, dans la tranche des 20 à 50 ans."
Olivier Meurens
cofondateur, Hïvy SRL et Nysa SRL

Dans la grande distribution, ils ont déjà signé avec Carrefour, Cora et Match et discutent avec deux ou trois autres grands du secteur. On commence déjà à trouver les bouteilles métalliques dans les rayons des Carrefour. Dans l'horeca, ils ciblent les beaux établissements ainsi que les grossistes présents au niveau national. "Dans l'horeca, on croule sous les sollicitations", observe Bonsang. "On engage des commerciaux pour répondre à cette demande."

Reste à voir si leurs eaux alcoolisées plairont aux buveurs de bière ou aux amateurs de vin... "On a réalisé beaucoup de tests, conclut Olivier Meurens. On va toucher un public assez large, dans la tranche des 20 à 50 ans. Aux Etats-Unis, les hard seltzers convainquent plutôt les buveurs de bière. Mais ici en Europe, le phénomène est trop nouveau... Il faudra patienter un peu pour le savoir."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés