Di Antonio refuse le permis à Clarebout à Frameries

©Jonas Lampens

Après l'extinction, il y a une semaine, d'un droit de préférence par l'intercommunale IDEA sur un site de 16 hectares dans le zoning de Frameries, l'entreprise Clarebout Potatoes a essuyé le refus de permis de la part du ministre Carlo Di Antonio pour la construction d'un centre de logistique "frigo".

On savait que le projet peinait à aboutir. Le conseil d'administration de l'intercommunale IDEA avait la semaine dernière parlé de projet "inapproprié au développement" de la société Clarebout et prônait l'étude des sites alternatifs. Ce mardi, le ministre Carlo Di Antonio (cdH) a refusé à Clarebout Patatoes le permis pour la construction d'un centre de logistique "frigo".

Le ministre wallon reproche notamment à l'entreprise le saucissonnage de son projet industriel qui avait commencé par un entrepôt en 2016, avait été suivi par la construction d'un frigo et enfin par le projet d'une usine de production de frites dans le zoning industriel de Frameries. Carlo Di Antonio avance également des arguments de nuisances sonores et de mobilité.

Riverains mécontents

Un recours avait été introduit par les riverains, recours non suspensif, qui n'avait pas eu d'incidence sur la poursuite des travaux de construction du frigo, dont le permis avait été délivré par le fonctionnaire délégué en janvier. "Si le recours avait été introduit par la commune de Frameries, il aurait été suspensif et les travaux auraient donc dû être suspendus", a indiqué le porte-parole de Carlo Di Antonio. "Pareil recours doit être traité par le ministre. Carlo Di Antonio reproche essentiellement que le projet n'ait pas été soumis dans sa globalité avec une étude d'incidences globale."

Du côté de la société Clarebout, on attend le recours pour se positionner. "Pour l'heure, nous n'avons reçu aucun refus officiel, ni du ministre, ni, par ailleurs, de l'Idea au niveau du terrain. Nous attendons donc les notifications officielles, qui seront analysées par nos juristes, avant de nous positionner", a expliqué Jan Poté, porte-parole de Clarebout.

"Nous n'avons pas eu l'intention de saucissonner notre projet. Nous avons d'abord lancé notre hangar de stockage en 2016. Est venu ensuite le projet de frigo en 2019 et enfin le projet de l'usine qui était assorti du critère d'approvisionnement suffisant en matières premières. L'investissement global annoncé par Clarebout à Frameries est de 300 à 500 millions d'euros, avec 300 à 500 emplois à la clé sur une dizaine d'année. Nous avons déjà engagé huit travailleurs de la région framerisoise qui sont actuellement en formation dans notre centre de Warneton", précise-t-on.

La société Clarebout a toujours la possibilité de faire remonter le dossier devant le Conseil d'Etat.


Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect