Publicité

Greenyard se dit prêt pour une "croissance durable"

Greenyard renoue en 2020/2021 avec les bénéfices.

Greenyard termine son exercice 20/21 avec des résultats à la hausse et sans distribution de dividendes. Le groupe se veut néanmoins davantage optimiste pour l'exercice en cours.

Greenyard clôture son exercice décalé 20/21 sur des résultats qualifiés de solides. "Greenyard est à nouveau en bonne santé financière et prêt pour une croissance durable", lit-on dans un communiqué.

Après des années difficiles et une mutation profonde, le spécialiste des fruits et légumes a ainsi transformé sa perte de 68 millions d'euros de l'exercice 2019/2020 en un bénéfice net de 1,2 million d'euros (pour les activités poursuivies).

Les revenus progressent légèrement à 4,42 milliards d'euros contre 4,06 milliards un an auparavant. Les analystes anticipaient toutefois un chiffre d'affaires de 4,47 milliards d'euros. "Grâce à une solide croissance des ventes, mais principalement tirée par les initiatives pour accroître l'efficacité, l'EBITDA ajusté (post-IFRS 16) ressort à 156,9 millions (+17,6%)," lit-on dans un communiqué.

L'EBITDA ajusté (pré-IFRS) était attendu par le groupe entre 116 et 117 millions. Il s'affiche au final à 116,6 millions (+21,8%)

Regain d'optimisme

Greenyard revoit par ailleurs ses prévisions 21/22 à la hausse. L'EBITDA ajusté (post-IFRS 16) devrait atteindre 165 millions d'euros, contre une prévision initiale de 160,millions. D'ici 2025, il devrait afficher les 190 millions.

0
euro
Le conseil d'administration demandera aux actionnaires de ne pas distribuer de dividendes pour cet exercice 20/21

Quant au taux d'endettement du groupe, il s'affiche à ce jour à 339,9 millions (-86 millions). Le ratio d'endettement est donc de 2,9 x contre 4,4 x il y a un an. Il devrait encore se réduire à 2,5x d'ici la fin de l'année.

Le conseil d'administration demandera toutefois aux actionnaires de s'abstenir de toute distribution de dividendes pour cet exercice 20/21. En février dernier, alors que le groupe annonçait avoir encore réduit son endettement, les analystes avançaient s'attendre à voir le groupe renouer avec la politique de dividendes dès l'an prochain.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés