Fin de la grève généralisée chez AB InBev en Belgique

©BELGA

Le traitement du paiement des salaires des collaborateurs du brasseur par une société externe basée en Inde serait à l'origine des problèmes dénoncés par les syndicats.

Une grève a été déclenchée ce mercredi matin dans les quatre brasseries et les dépôts du brasseur AB InBev  en Belgique. L'action annoncée pour une durée de 24 heures a pris fin ce jeudi matin. Elle a été suivie aussi bien par les ouvriers et les employés que les cadres et est soutenue par les trois syndicats.

Les travailleurs du géant brassicole réclament une garantie plus complète de la sécurité d'emploi et un paiement correct des salaires.

AB InBev attache la plus grande importance à un climat social sain et constructif
AB InBev

"La raison de l'action est la difficulté des négociations sur la sécurité de l'emploi et la garantie de revenu qui constitue une sanction si l'employeur ne respecte pas les règles convenues", a expliqué à Belga Kris Vanautgaerden (ACV, syndicat chrétien). Il a ajouté qu'un accord existe à cet égard mais que le personnel souhaite étendre les garanties qu'il contient.

Sous-traitant en Inde

Concernant le paiement des salaires, le syndicaliste a précisé que la direction du brasseur a confié, en 2011, l'administration de la paie à une société externe d'abord située en Tchéquie, puis délocalisée en Inde. "Les données en provenance de Belgique ne donnent apparemment pas les mêmes résultats en Inde, car de nombreuses erreurs sont commises là-bas", a-t-il détaillé. "Le problème est devenu très aigu ces trois dernières années".

Pour la même raison, des erreurs sont aussi commises dans les déclarations de sécurité sociale, ce qui a des implications à long terme sur le calcul de la pension des travailleurs concernés. "Nous devons revenir à chaque fois avec ce même problème, souligne Patrick Rehan, secrétaire régional à la FGTB Horval (secteurs Horeca et Alimentation). Si bien qu'à un moment donné, la coupe est pleine."

La direction temporise

Contactée, la direction d'AB InBev en Belgique a réagi par voie de communiqué. "Nous avons entamé mardi des négociations en matière de convention collective de travail (CCT)", y écrit le brasseur qui précise que si la grève affecte effectivement ses brasseries et ses dépôts, elle ne touche pas ses quartiers généraux à Leuven. "Actuellement, il est trop tôt pour évaluer l’impact effectif (de l'action)", dit-elle.

"C’est seulement mardi que nous avons entamé les négociations et comme pour toute négociation, il y a plusieurs points de vue sur la question, poursuit-elle.  AB InBev attache la plus grande importance à un climat social sain et constructif. En tant qu’employeur, nous tenons à stimuler le dialogue social et nous ne donnerons pas plus d’explications dans la presse. Les négociations seront menées à la table (des négociations)."

De leur côté, les syndicats attendent toujours un rendez-vous avec la direction. La réunion de conciliation prévue jeudi matin a été reportée par la direction à une date ultérieure. Le groupe brassicole "évalue le meilleur moment pour retourner à la table de négociations. Il s'agit de donner toutes les chances à la concertation sociale et de permettre un retour à la sérénité", a ainsi indiqué la direction ce mercredi soir.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect