Invineo, le "Nespresso du vin" wallon, lève 2,7 millions d'euros

©Invineo

Invineo, solution de vente de vin au verre, passe à la vitesse supérieure grâce à de nouveaux investissements. Une trentaine de machines seront bientôt testées dans une cinquantaine d’établissements horeca. La commercialisation devrait débuter mi-2019.

Thierry Tacheny et ses associés respectent leur feuille de route. Quinze mois après l’annonce de leur ambitieux projet de dupliquer dans le vin la réussite de Nespresso dans le café, ils viennent de franchir une nouvelle étape en procédant à une augmentation de capital et en accueillant de nouveaux investisseurs.

Réunis dans la société Bibmatic, l’ex patron de la régie pub IP et des chaînes de télé de SBS et son entourage (famille et amis) avaient déjà injecté 750.000 euros dans ce concept mêlant machine, contenant, vin et services (lire l’encadré) et avaient obtenu un prêt de 300.000 euros apporté par la Région wallonne via son programme d’aide aux prototypages.

Investisseurs privés et publics

Cette fois, ce sont 2,7 millions qu’ils ont levé auprès d’investisseurs privés et public. Côté privé, le groupe familial Cinoco, premier distributeur indépendant de vins en Belgique (grandes surfaces, cavistes…) a mis 1.125.000 euros dans l’affaire. Côté public, la Société régionale d’investissement de Wallonie (SRIW) a mis 750.000 euros sur la table et Namur Invest 250.000 euros. Le solde a été apporté par les actionnaires initiaux. Au terme de ce tour de table, ces derniers détiennent un peu plus de 60% du capital, Cinoco 20% et les publics le solde.

L’arrivée de pareils investisseurs montre le sérieux de ce projet 100% wallon basé sur différents constats:

→ Le marché du vin stagne
→ 
Il y a peu d’innovation
 La consommation de vins hors domicile se fait de plus en plus au verre.

Selon des études, 95% des établissements horeca français proposent la consommation au verre. Elle y représente près d’un quart des ventes. Le bag in box, qui facilite la consommation au verre, pèse de son côté 40% de la consommation à domicile.

En outre, la consommation de vin en bouteille pose des problèmes de conservation. Elle est source de gaspillage et de manque à gagner pour l’horeca. "C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé d’investir dans ce projet, indique Gilles Nolet de Brauwere, directeur général de Cinoco. Invineo représente une vraie innovation sur le marché qui offre en outre un gros potentiel à l’international." Sont visés dans un premier temps: la Belgique, France, le Royaume Uni, l’Allemagne et les pays scandinaves.

Investissements supplémentaires

Les montants levés doivent permettre à Invineo de lancer un test à grande échelle. Une trentaine de machines proposant une dizaine de références (rouge, blanc et rosé) vont être assemblées dans les semaines qui viennent et testées entre mai et septembre dans une cinquantaine d’établissements horeca. Une première a ainsi été installée au restaurant "Les Filles", à Bruxelles. "L’objectif est de valider sur une assez grande échelle le business model, résume Thierry Tacheny. Si c’est le cas, nous pourrons lancer la phase d’industrialisation." Une décision devrait être prise après l’été pour un lancement commercial au premier semestre 2019.

Ce déploiement demandera à nouveau de lourds investissements estimés entre 6 et 8 millions d’euros. Ils seront destinés au développement d’une infrastructure de 4.000 m² pour assembler les tubes, procéder à l’embouteillage dans ces mêmes tubes, assurer la logistique et les services, et faire fabriquer les machines. Il n’est d’ailleurs pas exclu que les machines soient fabriquées chez nous. Entre quarante et soixante emplois pourraient être créés en Wallonie. Plusieurs fournisseurs ont déjà été identifiés.

Invineo s’estime capable de fournir à terme un marché de 3.000 à 5.000 machines en Europe (sur 500.000 établissements horeca). "Notre objectif est d’en écouler 2.500 à 3.000 dans les quatre à cinq années à venir, estime Thierry Tacheny. Mais nous devrions atteindre la rentabilité, vente de vin comprise, dès les 1.500 machines."

Invineo, c’est quoi?

Invineo est un concept "tout en un" reposant sur quatre éléments:

→ Un tube qui marie la technologie du "bag in box" (pas d’oxydation car l’air ne passe pas) d’une contenance de 2 litres permettant de conserver le vin pendant six semaines après ouverture.

→ Une machine développée par l’ingénieur Etienne Mertens et validée par le bureau d’études Wow Technology. Elle permet d’accueillir trois tubes et de servir le vin à la température conseillée grâce à un système de tag NFC interactif et un écran digital.

→ Du vin, sélectionné par Invineo qui compte proposer de 40 à 60 références (rouge, blanc et rosé) équivalant à des bouteilles vendues de 6 à 15 euros dans le commerce.

→ Des services: connectée et accessible par smartphone, la machine permet de suivre l’évolution des ventes, de gérer les stocks, etc.

Invineo est destiné aux professionnels de l’horeca qui pourront acquérir les machines soit en les achetant (2.000 euros environ), soit en les louant (50 euros par mois). Mais en cas de succès, le concept pourrait être adapté aux particuliers.

On notera enfin que des "machines à vin" existent déjà sur le marché mais d’après les porteurs du projet Invineo elles sont globalement plus chères, moins sophistiquées et n’offrent pas un service aussi complet.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content