Publicité

L'abattoir de Rochefort vendu pour sauver Qualibeef

©Patrick Hattori

Asphyxié par ses dettes, Qualibeef (ex-Veviba) a dû se mettre à l’abri de ses créanciers via la réorganisation judiciaire. La famille Verbist va vendre l’abattoir de Rochefort pour financer la relance de Qualibeef.

Vendre l’un pour sauver l’autre. Telle pourrait être la morale de la fable qui suit. Près d’un an après le scandale alimentaire qui a secoué ses murs, la société de transformation et de vente de viande Veviba (devenue entre-temps Qualibeef) vient de se mettre à l’abri de ses créanciers par le biais de la procédure en réorganisation judiciaire (PRJ). Tel est également le cas de la société Abattoir et marché de Bastogne (AMB). Christian Kerkhofs, le CEO de Qualibeef, nous a confirmé l’information, précisant que cela permettra aux deux sociétés de redémarrer à partir d’une page blanche.

Le scandale dont il est question remonte au mois de mars dernier. Lorsque le juge d’instruction fait une descente sur le site de Veviba, à Bastogne, il constate des infractions de falsification de renseignements sur les dates de congélation tandis que plus de 50% des pièces contrôlées ne sont pas en conformité. La suite est connue. L’Agence fédérale pour la sécurité alimentaire (Afsca) retire ses agréments à Veviba et les clients les plus importants venus de la grande distribution cessent leur collaboration avec l’entreprise.

Nouveaux clients

Près d’un an plus tard, les plaies ne sont toujours pas refermées. Vendredi dernier, le tribunal de l’entreprise de Neufchâteau a validé la demande de procédure en réorganisation judiciaire (PRJ) introduite par Qualibeef et par l’entreprise Abattoir et marché de Bastogne (AMB). La Justice a accordé un délai de trois mois, de quoi permettre aux responsables des deux entreprises de présenter un plan de relance après avoir négocié une réduction des dettes avec les principaux créanciers.

"Nous nous sommes battus pendant six mois pour récupérer les agréments et lorsque nous y sommes arrivés, nous avons été asphyxiés par l’argent."
Christian Kerkhofs
Manager de crise

"Nous nous sommes battus pendant six mois pour récupérer les agréments et lorsque nous y sommes arrivés, nous avons été asphyxiés par l’argent", nous a confié Christian Kerkhofs, le manager de crise envoyé par la Sogepa qui, entre-temps, a été désigné CEO de Qualibeef et d’AMB.

On s’en doute, les mois passés ont été compliqués pour cette société et il a fallu effectivement redoubler d’efforts pour récupérer les agréments et retrouver des clients. À cet égard, un nouveau directeur commercial a été engagé. Avant de prendre la route de Bastogne, ce dernier était acheteur en viandes chez Colruyt et il a été responsable des salles de découpe pour le distributeur. "Notre nouveau directeur commercial a récupéré des clients, mais nous n’avions plus de fonds pour acheter du bétail", nous a encore expliqué Christian Kerkhofs.

Verbist à la rescousse

Finalement, la solution viendra de la famille Verbist. Pour mémoire, les Verbist, via la société faîtière Anlofia, détiennent Qualibeef, AMB, Lanciers (abattoir et découpe à Rochefort, baptisé depuis Roche4Meat), et Adriaens (abattoir et découpe à Zottegem). Afin d’assurer la viabilité du plan financier qui sera présenté aux créanciers et aux juges du tribunal de l’entreprise de Neufchâteau, la famille Verbist a accepté de vendre Roche4Meat afin de dégager le cash nécessaire.

D’après nos informations, la vente de cet abattoir qui s’étale sur plus de 6.000 mètres carrés à Rochefort serait quasiment bouclée. Roche4Meat, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 35 millions d’euros, emploie environ 70 personnes. "La vente du site de Rochefort va permettre de financer le redémarrage de Qualibeef. De notre côté, nous allons continuer à démarcher les clients", assure Christian Kerkhofs, confiant quant à l’avenir de Qualibeef.

Précisons que le plan de relance qui sera présenté aux juges chestrolais ne prévoit pas de licenciements. "Nous avons une équipe soudée et unie et nous sommes en possession d’une structure plus simple qu’avant", a précisé le CEO de Qualibeef qui assure que le plan de relance est prudent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés