Publicité

L'industrie alimentaire wallonne se relève après le choc

Guy Paternoster passe la main à Arnaud Bonnel (à droite). Un patron de PME prend la tête de la Fevia. ©saskia vanderstichele

Arnaud Bonnel, patron de Food'n Joy, devient le nouveau président de la fédération d'une industrie alimentaire en Wallonie qui se relève.

Le secteur de l'industrie alimentaire vient de subir coup sur coup trois crises majeures avec le Brexit tout d'abord, le Covid ensuite, et maintenant l'augmentation faramineuse de certaines matières premières. Une triple crise subie de plein fouet et dont bon nombre d'entreprises auraient pu aussi bien ne pas se relever du tout. "Il faut avoir le moral et les reins solides pour s'en relever et repartir", reconnaît Arnaud Bonnel.

"Nos produits sont de qualité et bénéficient d'une excellente réputation, mais il faut parvenir à les vendre à la grande exportation, aux États-Unis, en Asie."
Arnaud Bonnel
Nouveau président de Fevia Wallonie

Le patron de Food'n Joy reprendra le 23 septembre prochain le flambeau de la présidence de Fevia Wallonie, la fédération de l'industrie alimentaire en Wallonie, à la succession de Guy Paternoster, le CEO de la Raffinerie Tirlemontoise. Un patron de PME succède donc au chef d'une grande entreprise multinationale. Un changement de paradigme pour la fédération professionnelle, qui ne fait que refléter la réalité du terrain. "Plus encore que dans d'autres secteurs, le tissu économique wallon de l'alimentaire est essentiellement composé de PME", constate Bonnel.

Chiffres en recul

Le secteur de l'industrie alimentaire, le plus grand secteur industriel de Wallonie en termes de chiffre d'affaires, a subi le Brexit et la crise sanitaire de plein fouet, après une année record en 2019. L'industrie alimentaire a vu son chiffre d'affaires diminuer de 3,1 % en 2020, pour atteindre 8,27 milliards d'euros, soit son niveau de 2016. La baisse touche tant le marché belge que l'exportation, particulièrement pour les entreprises fournisseurs de l'horeca, de l'événementiel et du food service.

Les autres indicateurs économiques du secteur sont à l'avenant. À commencer par les investissements, qui ont sensiblement reculé en 2020: un peu moins de 400 millions d'euros investis en 2020, soit une chute de 18,5 % par rapport à l'année précédente. Les exportations ont forcément reculé aussi en 2020, de 6,5% à 4,39 milliards. En plus de l'impact de la crise sanitaire, celui du Brexit est sensible, avec une baisse de 7 % des exportations vers le Royaume-Uni. "Aujourd'hui, certains produits sont en pénurie au Royaume-Uni, uniquement du fait des contraintes douanières", affirme Bonnel.

Balance positive

L'exportation reste une priorité pour le nouveau président de Fevia Wallonie, comme pour les entreprises qui tirent plus de la moitié de leurs revenus de l'étranger, à 65% vers les pays limitrophes et 80% en Europe. La Wallonie affiche d'ailleurs une balance commerciale largement positive, de plus d'un milliard d'euros dans le secteur alimentaire.

1,2
milliard
La balance commerciale de l'industrie alimentaire wallonne est largement bénéficiaire.

"Mais il y a des marchés plus lointains encore à conquérir. Nos produits sont de qualité et bénéficient d'une excellente réputation, mais il faut parvenir à les vendre à la grande exportation, aux États-Unis, en Asie", poursuit Bonnel, qui insiste sur la nécessaire digitalisation des entreprises du secteur pour répondre à cette demande, et surtout aux nouveaux canaux de distribution pour les atteindre.

"Le retail se fait de plus en plus en ligne en Europe. Et même si les entreprises alimentaires ne sont pas toujours en contact direct avec le consommateur final, elles doivent également digitaliser l'ensemble de leur processus pour répondre aux besoins de la distribution. Hors Europe, des canaux comme Alibaba ou Amazon Fresh représentent de véritables opportunités, mais il faut être équipé en termes de digitalisation et de logistique pour pouvoir surfer sur cette vague."

Durable

Autre cheval de bataille du nouveau président de Fevia Wallonie, la durabilité. L'industrie alimentaire européenne est assez intensive en CO2, reconnaît Bonnel, notamment du fait de sa consommation électrique. Elle représente 3% des émissions de CO2 en Europe. Mais depuis 1990, ces émissions ont été réduites de 14% en Europe, de 19% en Belgique. Il y a encore du travail à faire en amont pour décarboner la filière à un coût raisonnable", insiste Bonnel.

Le patron de Food'n Joy veut privilégier l'économie la plus circulaire possible dans son secteur et réduire les distances entre les fournisseurs et les clients. "Mais cela ne doit pas nous fermer de portes. Nous bénéficions de terres et d'un climat de qualité qui rendent nos produits spécifiques et attractifs." Les contraintes de durabilité ne doivent donc pas devenir un handicap de compétitivité.

Les qualifications augmentent et creusent un fossé de plus en plus grand entre l'enseignement et les besoins réels.
Guy Paternoster
Président sortant de Fevia Wallonie

Ce qui l'est en revanche, rappelle le nouveau président, ce sont les salaires, et surtout la difficulté de recruter une main-d'œuvre de qualité. Rien de nouveau sous le soleil. "La revalorisation de la formation en alternance qui vient d'être initiée va dans le bon sens. Les qualifications augmentent et creusent un fossé de plus en plus grand entre l'enseignement et les besoins réels", constate encore Guy Paternoster, président sortant.

Mais la principale pierre d'achoppement est l'activation des demandeurs d'emploi. "La différence entre les allocations et les salaires reste trop faible. Nous devons aussi travailler sur l'attractivité de notre secteur pour attirer de nouveaux travailleurs. À nous de donner du sens à notre activité", martèle Bonnel.

Le résumé

  • Arnaud Bonnel, patron de la PME Food'n Joy prend la présidence de Fevia, la fédération de l'industrie alimentaire en Wallonie.
  • Les crises de ces derniers mois ont fait mal au secteur, qui affiche des chiffres en recul en 2020.
  • L'accent est mis sur la grande exportation, notamment grâce à la digitalisation accrue.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés