La "Bentley du chocolat" passe aux mains de l'ex-CEO de Godiva

©Artisan du Chocolat

La Belge et fondatrice Anne-Francoise Weyns a cédé sa participation majoritaire dans le chocolatier britannique haut de gamme Artisan du Chocolat. Elle reste toutefois à bord.

Grandes manœuvres aux airs un peu belges dans le monde du chocolat outre-Manche. Artisan du Chocolat, acteur haut de gamme du secteur, vient en effet d'être repris par l'ex-président et CEO de Godiva Chocolatier, Mohamed Elsarky, a-t-on appris.

Vétéran de l'agroalimentaire (Kellogg's, Danone, United Biscuits,…) passé par le monde du private equity, l'homme a contribué au redressement et à l'expansion de l'entreprise aux mains depuis 2008 du holding turc Yildiz, troisième plus important producteur au monde de snacks et produits de confiserie avec Kellogg's et Mondelez (Oreo, Côté d'Or, LU…).

Pendant plus d'une décennie sous sa direction, la marque bien connue des Belges, lancée en 1926 à Bruxelles, a étendu sa présence à travers les canaux de distribution et les zones géographiques, atteignant près de 800 magasins dans plus de 35 pays.

Fondée par une ex-consultante

Dans le cadre de cette opération Mohamed Elsarky devient président de l'Artisan du Chocolat avec effet immédiat, entend-on, alors qu'il a désormais quitté toute fonction au sein de la galaxie Godiva.

De son côté, la Liégeoise d'origine et fondatrice Anne-Francoise Weyns reste à bord. Elle pourra désormais se concentrer sur les produits et l'innovation, là où ces dernières années elle avait dû multiplier les casquettes.

80
employés
Artisan du Chocolat emploie à ce jour 80 personnes en Angleterre. L'entreprise dispose de 3 magasins à Londres (Chelsea, Selfridges et Borough Market).

Ingénieure civile (ULiège) diplômée en océanographie (Harvard), cette ex-consultante chez McKinsey a lancé l'Artisan du Chocolat en 1999 déjà, dans les dédales du Borough Market, ce marché de gros et de détail agro-alimentaire situé sous les voies ferrées à quelques pas au sud du London Bridge.

Aujourd'hui, l'entreprise emploie 80 personnes en Angleterre et dispose de magasins dans différentes parties de Londres (Chelsea, Selfridges et Borough Market). La volonté sera demain de viser l'Asie et le Pacifique pour de prochaines ouvertures, de même que des villes clés en Europe.

Du reste, la société continuera également à fournir des chocolats sous marque de distributeur aux plus grands détaillants en alimentation fine du Royaume-Uni, de même qu'à certains acteurs européens, nous dit-on.

Production dans le Kent

Appréciée pour la qualité de sa production par les chefs étoilés outre-Manche, la maison britannique a par le passé été qualifiée de "Bentley du chocolat" par le cuisinier et restaurateur Gordon Ramsay, connu pour ses apparitions télévisées, notamment dans MasterChef. En cause, une production résolument orientée haut de gamme, entièrement assurée dans ses ateliers du comté de Kent, au sud-est de Londres.

(...) si les magasins ont dû fermer un temps, les ventes en ligne ont décollé en flèche en réponse, permettant d'écouler les invendus du monde physique jusqu'à épuiser complètement les stocks.

Mohamed Elsarky, de son côté, reconnaît que la période est pour le moins complexe pour développer une activité de commerce de détail, avant d'indiquer qu'il compte tout de même augmenter la production de la chocolaterie. Et pour cause, c'est là une nécessité pour continuer à répondre à la demande.

En effet, si les magasins ont dû fermer un temps, les ventes en ligne ont décollé en flèche en réponse, permettant d'écouler les invendus du monde physique jusqu'à épuiser complètement les stocks.

L'ancien patron de Godiva devrait porter une accélération dans ce canal de distribution qui représentait jusqu'ici, hors Covid, un petit 30% des ventes.

Du reste, côté innovation, Artisan du Chocolat s'apprête à lancer, sous une marque dédiée, une gamme entièrement végane, imaginée par la fondatrice. Au menu? Une recette associant soja, noix de coco, beurre de karité et avoine, qui devrait permettre d'intéresser de nouveaux publics à l'avenir. Mais sans compromis sur le goût. Il en va en effet d'une obligation, le chocolat étant un produit de plaisir et non de nécessité.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés