"La bière, c’est l’image de marque de la Belgique, il faut la protéger!"

©RV DOC

Après une année 2013 compliquée, les brasseurs belges peuvent à nouveau lever le coude. Les exportations de bières belges repartent à la hausse.

Le secteur est reparti à la hausse comme en témoignent la plupart des indicateurs du rapport annuel 2014 des Brasseurs Belges, dont "L’Echo" a pu prendre connaissance. "Ce n’est pas une année exceptionnelle qui marque un changement de tendance, mais elle est bien meilleure que la précédente qui avait vu la consommation baisser de 2% et les exportations reculer de 5%", résume Jean-Louis Van de Perre, le président de la fédération des brasseurs belges, à l’issue de sa première année de mandat.

La consommation s’est stabilisée

Après un quart de siècle de baisse (hormis en 2011), la consommation s’est stabilisée l’an dernier avec même une très légère croissance de 0,04%, soit 72 litres par habitant. Elle a été soutenue à la fois par des conditions climatiques clémentes et la Coupe du Monde de football.

72 litres
En 2014, les Belges ont bu en moyenne 72 litres de bière.

D’aucuns s’attendaient à mieux: "Quand on voit que la consommation a baissé de 15% au cours de dix dernières années, on peut être content, nuance Jean-Louis Van de Perre. Ceci dit, cette baisse structurelle du marché local reste un souci pour les brasseurs. C’est pourquoi nous avons lancé la campagne ‘Fiers de nos bières’. Mais inverser la tendance est un travail de longue haleine." Selon le président, la part de marché de la bière dans le secteur des boissons alcoolisées est stable également.

62% de la production exportée

C’est la bonne nouvelle de l’année écoulée. Les volumes d’exportations des bières belges sont repartis à la hausse. 2014 est même le deuxième meilleur exercice du genre après 2012. L’an dernier, les brasseurs belges ont exporté 11,2 millions d’hectolitres, soit près de 62% de leur production. "Ce qui est rassurant, c’est que nos brasseurs réussissent le pari de la grande exportation, observe Jean-Louis Van de Perre. Près de 30% des exportations se réalisent désormais en dehors de l’Europe, c’est un record."

62%
Les brasseurs belges ont exporté 11,2 millions d’hectolitres de bière en 2014, soit 62% de leur production.

Les exportations dans les pays situés en dehors de l’Union européenne ont ainsi crû de 17%. Le marché chinois a bondi de 140% et a dépassé pour la première fois le Japon. Par contre en Europe, les exportations ont chuté de 4%. Touché de plein fouet en 2013 par la hausse de 160% des accises sur la bière en France, son premier marché à l’export, le secteur brassicole belge n’y a toujours pas récupéré ses volumes antérieurs.

"Ce qui est rassurant, c’est que nos brasseurs réussissent le pari de la grande exportation."
Jean-Louis Van de Perre
Président de la Fédération des brasseurs belges

Le chiffre d’affaires progresse

Il a connu une spectaculaire croissance de 9,3% à 2,54 milliards d’euros que les Brasseurs Belges imputent essentiellement à la croissance des bières spéciales, plus chères, même si la pils reste, avec 75% de la consommation, le pilier du secteur. Autre élément d’explication: le rebond des exportations, lesquelles sont portées par les bières spéciales. Aujourd’hui, la valeur économique ajoutée du secteur, calculée par EY, s’élève à 2 milliards d’euros et est stable.

Les investissements explosent

©Shutterstock

L’an dernier, nos brasseurs ont augmenté leurs investissements de plus de 18% à 180 millions d’euros, contre 150 un an plus tôt. Ce qui se traduit par la création (ou la renaissance) de huit brasseries. "Le secteur est porté par une belle dynamique, indique Jean-Louis Van de Perre. N’oublions pas non plus les investissements des brasseurs dans leur capacité de production ce qui s’est traduit par une reprise des exportations dans l’environnement, l’efficacité, etc." Si bien que la production est passée de 18,14 à 18,21 millions d’hectolitres.

Les perspectives ne sont pas folichonnes

"Le début de l’année est mauvais, tranche Jean-Louis Van de Perre. La consommation a chuté de 5% au cours des cinq premiers mois: la météo est moins clémente qu’il y a un an et il n’y a pas de Coupe du Monde pour tirer le marché."

Et les perspectives à venir ne sont pas très réjouissantes avec les difficultés de l’Horeca (qui représente 42% des ventes) suite à la mise en place des nouvelles caisses dites "intelligentes", la future taxe au kilomètre qui devrait toucher les transporteurs routiers et, surtout, la crainte de nouvelles taxes. Après une hausse de 8% en 2013, le secteur craint de nouveaux coups de canif dans le cadre du futur tax shift: "Nous allons nous battre! prévient le président des Brasseurs Belges. Une hausse de la taxation aurait un impact très négatif sur tout le secteur; or, il faut un marché local qui reste rentable pour continuer à investir et aller à l’exportation."

"La bière, c’est l’image de marque de la Belgique. Il faut la protéger!"
Jean-Louis van de Perre
Président des Brasseurs belges

Jouant à fond son rôle de président, Jean-Louis Van de Perre en appelle à une sorte de "patriotisme économique" en prenant en exemple le marché allemand voisin, où les accises sont deux fois moins élevées: "La bière, c’est l’image de marque de la Belgique, il faut la protéger!"

[Suivez Jean-François Sacré sur Twitter en cliquant ici]

©Mediafin

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés