La chaîne bio française BBG croque son homologue belge Sequoia

Le rachat de Sequoia par BBG ne fera pas disparaître la marque en Belgique. ©Kristof Vadino

Au terme de plusieurs mois de négociations, les dirigeants de Sequoia cèdent la majorité des parts au Français BBG. Les dirigeants de la chaîne belge de magasins bio voient dans cette alliance le moyen de former un contrepoids face à la grande distribution. L’entrée de BBG dans le capital doit permettre à Sequoia de bénéficier d’une plus grande puissance d’achat. La marque Sequoia, un des pionniers du bio en Belgique, sera préservée.

La trêve des confiseurs est parfois porteuse d’évolutions marquantes dans la vie d’une société qui passent sous les radars des observateurs. Le 19 décembre dernier, la chaîne de magasins bio Sequoia annonçait la conclusion d’un "pacte régional et transfrontalier" avec sa consœur française BBG.

L’accord conclu entre ces pionniers du commerce bio en Belgique et dans le nord de la France cache en réalité une prise de majorité de BBG dans le capital de Sequoia. Aucun détail n’a été divulgué sur le montant de la transaction et sur la part exacte prise par le groupe nordiste. Tout juste consent-on à indiquer que celui-ci détient désormais, via une augmentation de capital, "beaucoup plus que 50%" des parts.

Sequoia
  •  Création: 1988
  • Nombre de magasins: 8 (10 fin 2019)
  • Emploi: environ 90 personnes
  • Chiffre d’affaires: environ 17 millions d’euros
BBG
  • Création: 2011
  • Nombre de magasins: 6
  • Emploi: environ 80 personnes
  • Chiffre d’affaires: non dévoilé. Probablement un peu plus de 17 millions d’euros

Cela fait plusieurs mois que les dirigeants de Sequoia et de BBG négociaient en coulisses une prise de participation majoritaire. "Nous avons négocié très longtemps parce que nous voulions être sûrs d’aligner les objectifs stratégiques respectifs de deux groupes de taille comparable", explique Corinne Dumont, administratrice déléguée de Sequoia.

Elle abandonnera cette fonction bientôt, au même titre que ses collègues Brigitte Bruyninckx et Vincent Muylle, avec qui elle avait racheté l’entreprise en 2007. Tous trois siégeront néanmoins au comité stratégique – l’équivalent du conseil d’administration – de la nouvelle société, qui selon Corinne Dumont doit permettre de développer "une entreprise de portée locale et régionale sur un axe transfrontalier".

Pour le personnel et le management de Sequoia, rien ne change. L’enseigne restera présente en Belgique et devrait même continuer à s’étendre. Reste à savoir si BBG viendra en Belgique. Un scénario possible, mais prématuré à ce stade, la priorité allant au dégagement de synergies entre les deux sociétés, précise la responsable de Sequoia.

Le choix du trio dirigeant de vendre l’enseigne était fait depuis belle lurette. "Il y a beaucoup de mouvements dans le marché du bio. Nous sommes convaincus de la nécessité de tirer bénéfice de nouvelles compétences professionnelles et de constituer un groupe plus important pour mieux servir le consommateur. Le regroupement avec BBG nous donnera une puissance d’achat plus forte qui nous permettra de nous ériger en contrepoids à la grande distribution", résume Corinne Dumont.

"Le regroupement avec BBG nous permettra de nous ériger en contrepoids à la grande distribution."
Corinne Dumont Administratrice déléguée de Sequoia

Les deux partenaires partagent la même vision du commerce de produits bio, en privilégiant au maximum les circuits courts et le commerce local. Le rapprochement des deux entreprises donne naissance à un groupe pesant près de 35 millions d’euros de chiffre d’affaires combiné et employant quelque 170 salariés.

Inconnu chez nous, BBG a été créé en 2011 par deux frères, Francis et Stéphane Brichet, et par un ami, Vincent Ghesquier. D’où l’acronyme, qui fait aussi référence à "Bio, bon et gourmand". Passionnés de bio, tous trois disposent aussi d’un solide background dans le commerce de détail et l’agroalimentaire. Francis Brichet a travaillé chez Auchan et chez Cora, son frère Stéphane chez Danone et Vincent Ghesquier chez Decathlon.

Un réseau de six magasins

Implantée dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais, la chaîne BBG s’appuie actuellement sur un réseau de six magasins dans les Hauts-de-France, contre huit (dix d’ici la fin de l’année) pour Sequoia. Son réseau est donc moins étendu, mais les commerces sont plus grands: ils occupent une surface allant de 700 à 950 mètres carrés. L’offre de BBG est en effet plus étendue que celle de Sequoia – 13.000 références, dont un quart en entretien de la maison et en hygiène-beauté, contre moins de 10.000 pour la chaîne belge.

En Belgique comme en France, le marché du bio connaît un essor spectaculaire. Depuis trois ans, la concurrence dans le secteur s’est fortement accrue. Les petits magasins de proximité se multiplient. Des acteurs moyens comme Färm (cinq magasins) ou la chaîne française Bio C Bon, qui dispose de trois magasins en Belgique, se développent. S’ajoute à cela la présence de plus en plus envahissante des ténors de la distribution (Delhaize, Colruyt, Carrefour), qui ont bien compris tout l’intérêt d’exploiter au maximum ce filon juteux.

BBG entend donc tailler des croupières à son concurrent hexagonal Bio C Bon sur le terrain belge. Comme Sequoia, qui continue de développer son parc de magasins, le groupe français veut, lui aussi, s’étendre. L’acquisition de la chaîne belge lui permet de doubler de taille d’un seul coup.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect