La charcuterie est cancérigène, la viande rouge "probablement" aussi

©EPA

C'est carrément l'OMS, Organisation mondiale de la santé, qui le dit: consommer de la charcuterie est cancérigène, de la viande rouge probablement aussi. La fédération des charcutiers se défend.

La consommation de charcuterie est cancérigène, celle de viande rouge "probablement" aussi, selon une évaluation publiée lundi par l'agence cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

  • Consultez l'étude ici (vous devez vous enregistrer, gratuitement)

"Ces résultats confirment les recommandations de santé publique actuelles appelant à limiter la consommation de viande", a commenté le Dr Christopher Wild, le directeur du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), à l'origine de l'évaluation. Le porc est inclus par le CIRC dans les viandes rouges au même titre que le boeuf, le veau, l'agneau, le mouton, le cheval et la chèvre.

A relativiser

©AFP

Le fait de ranger les charcuteries, et autres viandes tranformées, dans le groupe des agents qui sont causes de cancer, comme le tabac ou l'amiante, ne veut pas pour autant dire qu'ils sont tout aussi dangereux, note toutefois le CIRC.

En effet, selon les estimations les plus récentes du projet "Fardeau mondial de la maladie" (Global Burden of Disease Project) 34.000 décès par cancer par an environ dans le monde sont imputables à une alimentation riche en charcuteries, contre un million de décès par cancer imputables au tabac et 600.000 à la consommation d'alcool.

Le CIRC s'est basé sur plus de 800 études pour ranger la viande transformée dont fait partie la charcuterie dans la catégorie des agents "cancérogènes pour l'homme (Groupe 1)". Ce classement a été établi sur la base "d'indications suffisantes selon lesquelles la consommation de viande transformée provoque le cancer colorectal chez l'homme". "Ce risque augmente avec la quantité", selon le Dr Kurt Straif, du CIRC.

La consommation de viande rouge a pour sa part été classée comme "probablement cancérigène pour l'homme" (groupe 2A) sur la base "d'indications limitées".

"On peut manger de la charcuterie"

La Fédération des charcutiers (Fenavian) estime que l'étude a "été traduite de manière peu nuancée et cela ne fait qu'effrayer à nouveau les gens, alors que ce n'est pas l'objectif".

"Comparer la charcuterie à la cigarette ou à l'amiante est non seulement un jugement précipité mais surtout un véritable mensonge. (...) Le CIRC range également l'air extérieur, l'eau potable et le soleil dans la catégorie 1", rappelle la Fenavian.

30g
Les Belges consomment en moyenne 30 grammes de charcuterie par jour.

Les Belges consomment en moyenne 30 grammes de charcuterie par jour, une quantité moins élevée que ce qui est considéré comme consommation excessive (plus de 50g par jour). "Une consommation de viande et de charcuterie normale fait parfaitement partie d'un style de vie sain et équilibré. Ces dernières années, de nombreux efforts ont été fournis en Belgique afin de réduire de façon considérable le sel ainsi que les graisses saturées", a ajouté la Fenavian.  

Supprimer la viande de son alimentation peut mener à d'importantes carences, a rappelé lundi la Fédération wallonne de l'Agriculture. "Dans notre pyramide alimentaire, la viande reste un élément essentiel d'un régime nutritionnel équilibré", a-t-elle stipulé: la viande rouge contient un grand nombre de nutriments essentiels à la santé humaine: protéines, acides aminés, zinc, fer, vitamine B12, vitamine E... 

La Fédération évoque aussi les bienfaits de l'élevage sur l'économie wallonne, en termes d'emplois notamment, mais également sur l'environnement, les pâtures étant de véritables puits naturels à carbone qui "participent à la conservation voire au redéveloppement de notre biodiversité".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect