La chute de l'horeca n'a pas épargné AB InBev en Belgique

L'usine d'AB InBev à Jupille. ©Photo News

La fédération du secteur avait annoncé une chute des ventes de bière de 45% dans l'horeca; AB InBev, le leader du marché, le confirme, mais s'arme pour la relance.

En Belgique, AB InBev a suivi la tendance à la chute des ventes de bière dans l'horeca annoncée voici quelques semaines par Brasseurs Belges, la fédération du secteur: ces ventes ont diminué de 45% à fin septembre, avec des pointes à -80 et -90% en avril et mai, pour rappel.

"Le Covid-19 a eu un impact significatif sur nos opérations belges", indique Fabio Sala, le président d'AB InBev Benefralux (Benelux et France), dans un communiqué publié en marge des résultats mondiaux du groupe. Une démarche inhabituelle de sa part, qui témoigne si besoin était de la gravité de la crise.

Mesures de soutien

Malgré le "coup dur" encaissé dans l'horeca et dans le créneau des festivals et des événements d'été, pour la plupart annulés, "nous continuons à investir et à soutenir le canal de la consommation hors domicile en Belgique en 2020 sous la forme d'un investissement structurel et des mesures de soutien pour plus de 20 millions d'euros", détaille AB InBev dans le même communiqué.

"Le Covid-19 a eu un impact significatif sur nos opérations belges."
Fabio Sala
président, AB InBev Benefralux

Le brasseur a notamment remplacé gratuitement la bière obsolète (péremption) par de la fraîche, laissé tomber le loyer d'avril et reporté celui de mai pour tous ses clients cafetiers, fourni à ceux-ci des désinfectants pour les mains et des masques buccaux, etc. Le groupe s'est investi lui-même dans la production de gels désinfectants et, en association avec Somnis Bedding, une PME de Lokeren, dans la fabrication de masques buccaux à raison de 500.000 par mois.

Investissements

Le brasseur réitère aussi sa volonté d'investir dans ses brasseries belges. Il prévoit toujours près de 150 millions d'euros par an. La nouvelle ligne de conditionnement pour canettes, installée cette année à Hoegaarden, par exemple, a coûté 50 millions.

Comme à l'échelle mondiale, le groupe a accru en Belgique ses initiatives dans l'e-commerce et le marketing numérique. C'est ainsi qu'il a lancé, cette année, l'appli Jupiler et le Jupiler Shop. La première permet de passer des commandes sans contact dans les cafés (quand ils peuvent ouvrir...), le second est une plateforme de vente en ligne de bière et de masques buccaux, livrables à domicile.

Et le premier brasseur belge est resté actif aussi sur le front des produits. Il a lancé une nouvelle bouteille verte pour revêtir la Stella Artois au début de l'année, a créé la Victoria, une nouvelle bière forte blonde, que les mauvaises langues interprètent comme une réponse commerciale à la Duvel de son concurrent Duvel Moortgat, et a introduit deux nouvelles marques de bière sans alcool, la Stella Artois 0.0 et la Leffe Brune 0.0. Bref, AB InBev entend également passer le message dans son fief d'origine: il se prépare pour la relance de l'économie.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés