La start-up Kazidomi se lance en France

©Dieter Telemans

La start-up belge continue son développement et étend ses activités en France avec le lancement de sa formule d’abonnement à des produits sains et bio à Paris.

La formule a été simplifiée et elle fonctionne. Un abonnement annuel qui donne droit à des réductions allant de 25 à 50% sur une sélection de produits naturels et bio livrés à domicile.

La première mouture trop compliquée n’avait pas réussi à séduire suffisamment de consommateurs. Avec ce principe de l’abonnement, Kazidomi a doublé son nombre de clients et a atteint 1,3 million d’euros de chiffre d’affaires en 2018. L’objectif avoué pour 2019 est d’atteindre les 4 millions d’euros. Pour y parvenir, la start-up se lance à Paris avec ambition.

4 millions €
La start-up bruxelloise devrait quadrupler son chiffre d’affaires en 2019 pour atteindre 4 millions d’euros.

Emna Everard et Alain Etienne passent la seconde pour attaquer un marché qui leur tend les bras. "Nous réalisons déjà 65% de nos ventes en France sans véritable effort marketing.", explique Emna Everard, cofondatrice de la start-up.

Plus facile en France?

Au contraire d’autres jeunes pousses belges qui s’y sont cassé les dents, Kazidomi ne veut pas simplement répliquer son modèle belge. Le but de la petite équipe est de s’intégrer dans l’écosystème parisien et d’apparaître comme une start-up du cru. Pour Kazidomi, le marché français devrait s’avérer beaucoup plus facile à pénétrer que la Belgique. La France possède des habitudes plus ancrées liées aux achats en ligne et est traditionnellement beaucoup plus sensible à la communication digitale.

Pour rassurer ses consommateurs et mettre toutes les chances de son côté dans un secteur foodtech en pleine évolution, Kazidomi vient d’obtenir le label B-Corp. Un label accordé à des entreprises à but lucratif qui utilisent leur force de frappe commerciale pour construire une économie plus inclusive et durable.

"Avec cette implantation et cette certification, nous voulons aussi nous exposer à des opportunités pour une future levée de fonds ou des partenariats avec des gros acteurs français de la distribution qui pourraient nous faire passer un palier supplémentaire", nous confirme Emna Everard, qui pilotera la nouvelle structure depuis Paris.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect