La baisse du dividende d'AB Inbev, un manque à gagner de 350 millions pour l'État

©Photo News

La baisse du dividende du géant brassicole prive l’État de recettes fiscales provenant du précompte mobilier.

Le déficit budgétaire de l’État fédéral en 2019 se rapproche à présent de 7 milliards d’euros, soit le double du trou projeté initialement, selon les chiffres publiés lundi par le Comité de monitoring, qui réunit les hauts fonctionnaires chargés de suivre l’évolution des dépenses et recettes publiques. Le dérapage budgétaire résulte principalement d’une accélération des dépenses de sécurité sociale et de quelques rentrées moins élevées que prévu.

Ainsi, le précompte mobilier payé sur les dividendes et d’autres revenus du capital et d’avoirs mobiliers a rapporté 690 millions d’euros de moins que les estimations du gouvernement. "Cette baisse s’explique en partie par le moindre encaissement relatif au dividende d’une très grande entreprise", lit-on dans le rapport du Comité de monitoring (L’Echo de ce mardi). Le "manque à gagner" du Trésor se chiffre à pas moins de 350 millions d’euros.

Le gouvernement comptait sur une rentrée de 700 millions d’euros. Il n’en aura perçu que 350.

Différentes sources indiquent qu’il s’agit du dividende du groupe AB InBev . Le brasseur belgo-brésilien compte encore de très nombreux actionnaires belges. Ainsi, les familles belges Spoelberch, Mévius et Van Damme détiennent près d’un quart des actions du géant brassicole.

L’an dernier, le dividende versé par AB InBev avait rapporté à l’État 500 millions d’euros en précompte mobilier. Cette année, le gouvernement comptait sur une rentrée de 700 millions d’euros. Le groupe brassicole a cependant annoncé en octobre dernier qu’il diviserait par deux le montant total des dividendes distribués, le faisant passer de 7,27 milliards d’euros à 3,63 milliards, afin d’accélérer son désendettement. L’État n’a pu donc percevoir des actionnaires belges de cette entreprise "que" 350 millions d’euros en précompte mobilier.

1,2 milliard

Sachant qu’un dividende brut est amputé de 30% sous la forme d’un précompte mobilier, les 350 millions d’euros perçus par l’Etat en précompte mobilier se rapportent à un montant brut de dividendes encaissés de 1,2 milliard d’euros par les actionnaires d’AB InBev établis en Belgique. Mais ce chiffre doit être manié avec prudence. "Les grands actionnaires familiaux ont souvent logé leurs dividendes dans une société et ne paient donc le précompte que lorsqu’ils les en retirent. Cela se passe généralement, mais pas toujours, dans l’année du versement du dividende", explique l’avocat fiscaliste Frank De Langhe.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n