Le champion des protéines alternatives Ÿnsect fait mouche aux Pays-Bas

Dans son usine jurassienne, Ynsect voit des vers de farine s'activer pour fournir 1.000 tonnes d'ingrédients utiles à l'alimentation des animaux et aux engrais à base d'insectes. ©REUTERS

La jeune pousse française, un peu belge de par la présence de Finasucre (Lippens) et Bois Sauvage au capital, vient de racheter son homologue hollandais Protifarm.

Spécialisée dans l'élevage d'insectes pour l'alimentation animale et les engrais, la start-up française Ynsect vient d'acquérir son homologue hollandais Protifarm pour un montant tenu secret, apprenait-on mardi. L'opération lui permet d'entrer sur le marché des protéines destinées à l'alimentation humaine cette fois, ainsi que de disposer à terme d'une capacité de production de 230.000 tonnes d'ingrédients à base d'insectes par an.

230.000
tonnes
Ynsect disposera à terme d'une capacité de production de 230.000 tonnes d'ingrédients à base d'insectes par an.

La jeune pousse est en pleine phase de conquête suite aux importantes levées de fonds qu'elle a réalisées depuis sa création en 2016. Au total, elle a déjà amassé quelque 357 millions d'euros de capitaux frais, et ce, auprès de Belges notamment puisque l'on retrouve au capital le holding de la famille Lippens Finasucre ainsi que la Compagnie du Bois Sauvage. Leur participation commune dépasse les 7%, tient-on à bonne source, après qu'ils ont tous deux investi 10 millions d'euros dans l'entreprise en février 2019.

7%
participation
La participation commune de Finasucre (Lippens) et Bois Sauvage dans Ynsect dépasse les 7%.

En sus, l'on retrouve aussi certains de nos compatriotes à bord de l'entreprise via la participation détenue par le fonds de capital-risque à impact Astanor Ventures, où sont aussi bien présents Belfius Insurance que le bras financier de l'État belge (SFPI), de même que les familles ColruytAdriaenssen-de Spoelberch et Toye (dont le holding détenait il y a peu encore la brasserie Palm).

Ynsect possède et exploite une usine dans le Jura qui produit 1.000 tonnes d'ingrédients par an, et construit pour ouverture début 2022 une deuxième ferme verticale près d'Amiens d'une capacité initiale de 100.000 tonnes. De son côté, la ferme de Protifarm, basée à Ermelo (Pays-Bas), dispose d'une capacité de 1.000 tonnes par an, pouvant être augmentée à 20.000 tonnes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés