Le coût des promos pèse sur Spadel

©BELGA

Le producteur d’eaux minérales continue d’accroître ses revenus. Mais la pression sur les prix et le coût des matières premières pèse sur les marges.

Heureusement, il y a eu la canicule de l’été, qui a dopé la consommation d’eaux et de boissons rafraîchissantes non alcoolisées. Pour Spadel , l’année 2018 devrait donc se solder par un bénéfice opérationnel plus élevé que l’an dernier. Dans l’immédiat, la tendance est moins rose.

Les résultats du premier semestre révèlent en effet un recul de 15,6% du bénéfice d’exploitation (Ebit), ramené à 17,8 millions d’euros. Et encore: la filiale bulgare Devin, dont les résultats sont désormais intégrés sur l’ensemble de l’exercice, permet de sauver les meubles. Sans elle, l’Ebit aurait reflué de 26,5%. Le bénéfice net cède quant à lui 9,5% à 12,5 millions d’euros.

Ce résultat mitigé s’explique, selon Spadel, par un contexte de marché défavorable: pression de la concurrence, et donc hausse des dépenses promotionnelles et pression sur les prix de vente, sans compter l’évolution défavorable du prix de certaines matières premières. S’ajoutent à cela des facteurs non récurrents – cession d’actifs non productifs, récupération de montants relatifs à des années antérieures – qui avaient influencé favorablement le résultat de 2017 à hauteur de plus d’un million d’euros.

Revenus en hausse

Le chiffre d’affaires, par contre, est resté orienté à la hausse. Hors accises et écotaxes, il s’élève à 156,7 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année. C’est 6,5% de plus qu’au premier semestre de l’an passé, une progression essentiellement due à l’intégration de Devin. A périmètre constant, la croissance du chiffre d’affaires est de 1,2%.

Le groupe aux sept marques d’eau minérale naturelle – Spa, Bru, Carola, Devin… – a investi 8,1 millions d’euros au premier semestre. Des investissements qui concernent principalement la finalisation de l’installation d’une nouvelle ligne de production à Spa pour l’embouteillage des formats PET gazeux inférieurs à 1 litre et l’achat de bouteilles en verre et de casiers pour les marques Spa, Bru et Carola.

Le repli des bénéfices durant la première moitié de l’année ne tempère cependant pas l’optimisme de Spadel. Qui voit les conditions climatiques exceptionnellement favorables du mois de juillet et de début août soutenir fermement le résultat opérationnel de l’ensemble de l’année.

Dans ce contexte, le groupe table sur un résultat opérationnel annuel supérieur à celui enregistré en 2017.

Spadel reste par ailleurs confiant sur l’évolution positive du marché de l’eau minérale embouteillée durant les prochains mois. "Cette conviction est renforcée par la tendance des consommateurs à s’orienter vers des boissons plus saines, naturelles et faibles en calories", souligne le groupe dans un communiqué.

Un bémol toutefois: un environnement commercial de plus en plus compétitif, qui dope la pression promotionnelle, et la guerre des prix dans la grande distribution, qui met les prix de vente sous pression. Sans compter la hausse parfois sensible des prix des matières premières, qui contraindra Spadel à intensifier ses efforts de maîtrise des coûts.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content