Le Covid sape de 16% le revenu du 2e brasseur mondial

©REUTERS

Heineken a vu la crise pandémique amputer son chiffre d'affaires et ses profits au premier semestre. Cela l'a conduit à avancer la publication de ses résultats.

La pandémie a durement impacté le deuxième brasseur mondial au premier semestre. Au point de pousser la direction de Heineken à publier ses résultats deux semaines à l'avance, "en raison du contexte". Ceux-ci sont non audités et demeurent sujets à variations; les résultats définitifs seront dévoilés le 3 août, comme prévu.

300 millions
d'euros
La perte nette du groupe au 1er semestre est évaluée à quelque 300 millions.

Reste la brutalité des chiffres: le chiffre d'affaires du géant néerlandais a chuté de 16,4% sur base organique sur les six premiers mois. Les volumes de bière ont reculé de 13,4% tandis que le revenu net par hectolitre a baissé de 3,6%. Heineken a vendu moins de jus de houblon, moins cher.

L'impact du Covid-19 s'est fait plus fort au deuxième trimestre, le plus bas ayant été touché en avril. Ensuite le brasseur évoque une reprise progressive. Les effets du "lockdown" l'ont affecté le plus en Amérique, en Afrique, au Moyen Orient et en Europe de l'est. Le marché le plus résilient a été l'Asie/Pacifique, avec le Vietnam en champion de la résistance.

Focus sur les coûts

Le profit opérationnel du groupe a chuté de 52,5%. Le profit net avant exceptionnels a dégringolé de 75,8%. Mais, comme Heineken a enregistré pour 550 millions d'euros de dépréciations, son net total se traduit par une perte d'environ 300 millions d'euros.

Le groupe a déjà pris des mesures "significatives" pour réduire ses coûts durant le semestre. Mais il s'est engagé à "intensifier encore son focus sur les coûts" à l'avenir, a-t-il indiqué sans plus de précision. En bourse d'Amsterdam l'action perdait 2,2% à mi-séance ce jeudi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés