Publicité
Publicité

Le foie gras wallon Upignac vise les 100 millions de chiffre d'affaires dans cinq ans

Michel Petit et sa famille viennent de remettre 7 millions d'euros dans leur "petit" empire. ©Anthony Dehez

Le producteur wallon de foie gras, volaille et jus de fruits se donne l'assise financière pour continuer à grandir à un rythme élevé, tout en préparant la relève.

Le champion wallon du foie gras conserve la niaque qu'il avait affichée au sortir de la crise pandémique. Upignac a terminé son dernier exercice à fin mars 2024 sur un chiffre d'affaires consolidé de 55 millions d'euros et se donne pour nouvel objectif d'atteindre les 100 millions d'ici à 2029.

Dans ce cadre, le groupe fondé par Michel Petit et son épouse vient de renforcer ses fonds propres de 12 millions: un effort réalisé par eux deux et leurs proches à concurrence de 7 millions et par le holding public Wallonie Entreprendre pour le solde. Au passage, ce dernier porte ainsi sa participation dans la société Upignac Group de 13 à 25%.

Publicité

"L'objectif premier est de continuer à assurer notre croissance", explique Michel Petit, le CEO du groupe. "Nous étions à 11 millions d'euros de revenus pour 100.000 euros d'excédent brut d'exploitation (ebitda) lorsque notre famille a repris le contrôle du groupe, en 2015. Neuf ans plus tard, nous réalisons cinq fois plus de chiffre d'affaires pour près de 4 millions d'euros d'ebitda. Nous avons rédigé une sorte de feuille de route pour la génération qui nous suit, mon épouse et moi, qui prévoit 12 à 15% de progression annuelle du chiffre d'affaires. Celui-ci va donc encore doubler en cinq ans."

"Nous avons rédigé une sorte de feuille de route pour la génération qui nous suit, mon épouse et moi, qui prévoit 12 à 15% de progression annuelle du chiffre d'affaires", indique Michel Petit. ©Anthony Dehez

La suite d'un programme à 22 millions

Il faut savoir que le groupe wallon, qui partage ses activités en quatre business et autant de filiales, vient de parachever un programme d'investissement de 22 millions initié en 2021.

Le gros de cette enveloppe n'était pas destiné à la production de foie gras, son métier historique, mais à l'élevage et l'abattage de volailles haut de gamme qu'il exploite à Bertrix (16 millions investis dans un nouvel abattoir pour la filiale Ardenne Volaille). La production et la commercialisation de jus de fruits avaient bénéficié d'un investissement de trois millions, l'activité foie gras de deux millions et la Table d'Upignac, qui exploite la boutique de produits locaux au siège historique du groupe à Upigny, d'un autre million.

Publicité
Publicité

La réalisation la plus étonnante, dans ce programme à trois ans, aura été un investissement annexe fait chez Ardenne Volaille: "On y a entrepris de potabiliser l'eau au sortir de l'atelier de découpe. Et à ma grande surprise, on est arrivé à rendre potable quelque 70% de toute cette eau!", s'exclame Michel Petit.

"Plus on se concentre sur le marché belge, plus la croissance s'accélère."

Michel Petit
Fondateur et CEO d'Upignac Group

D'une génération à l'autre

Une partie du nouvel apport de capitaux servira à réduire l'endettement du groupe. Le but est de limiter la dette nette à une fois l'ebitda. Globalement, Upignac cherche aussi à réduire dans tous ses métiers sa consommation d'eau et d'énergie.

Quant à la nouvelle génération, elle se décline pour l'instant en quatre profils: trois fils d'Anne et Michel Petit et une nièce, deux des quatre étant dédiés à la production, un spécialisé dans la finance et un dans l'activité commerciale. "Je reste pour l'instant CEO du groupe, précise le fondateur, mais plus de la société Upignac (foie gras), ni d'EVH, la filiale spécialisée dans les jus de fruits. Il est encore trop tôt pour dire qui me succédera. Ce sera peut-être un duo, qui sait? L'essentiel est que tous s'entendent très bien."

Le gros de la croissance à venir se fera en Belgique, et non pas à l'exportation. C'est un autre sujet d'étonnement pour Michel Petit et son équipe, mais c'est un fait. "Plus on se concentre sur le marché belge, plus la croissance s'accélère."

Il n'entend pas renoncer pour autant aux marchés qu'il a développés à l'étranger, soit le Japon et le Qatar pour le foie gras et la volaille, les Pays-Bas aussi pour cette dernière, la France et l'Espagne pour les jus de fruits. Mais on sait désormais où il fournira le gros de ses efforts.

Un pays de cocagne...

"Nous avons transmis notre passion pour l'entrepreneuriat à nos enfants, ce dont nous sommes très fiers", soulignent Michel et Anne Petit, les fondateurs d'Upignac. Remettre l'entrepreneuriat en valeur, c'est aussi un des messages qu'on a perçus en Région wallonne au sortir des urnes il y a un mois.

"Oui, des signaux très positifs ont été émis le 9 juin dernier", embraye Michel Petit. Concrètement, il appelle de ses vœux deux types de mesures: une simplification administrative, que MR et Engagés ont déjà largement évoquée, et une plus grande différence entre les revenus de ceux qui travaillent et de ceux qui ne le font pas.

"Si on a la chance d'avoir de bons dirigeants politiques, la Belgique pourrait être un pays de cocagne, dit-il. Car on a quasiment tout ce qu'il faut pour cela, on a cette chance, mais il nous faut quelques mesures radicales."

Publicité
Le résumé
  • Le champion wallon du foie gras Upignac a terminé son dernier exercice à fin mars 2024 sur un chiffre d'affaires consolidé de 55 millions d'euros et se donne pour nouvel objectif d'atteindre les 100 millions d'ici à 2029.
  • Le groupe fondé par Michel Petit et son épouse vient de renforcer ses fonds propres de 12 millions: un effort réalisé par leur famille à concurrence de 7 millions et par le holding public Wallonie Entreprendre pour le solde.
  • Les années 2021-24 ont été mises à profit pour un investissement de 22 millions dans les quatre filiales, Ardenne Volaille, Upignac, EVH et La Table d'Upignac.
  • Même s'il exporte dans cinq pays, l'essentiel de sa croissance se fait en Belgique.
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.