Le meilleur de Leonidas, Ijsboerke et Java en trois produits innovants

©RV

De la rencontre de trois maîtres belges, un chocolatier, un glacier et un torréfacteur, sont nés plusieurs produits innovants, signes de la vigueur du "made in Belgium".

Voilà une coopération en rien banale entre trois fabricants belges de produits de gastronomie réputés: le glacier Ijsboerke (groupe Glacio), le chocolatier Leonidas et le torréfacteur de café Java viennent de lancer trois nouveaux produits et de prendre trois nouvelles initiatives commerciales en combinant leurs forces et leurs spécialités respectives. "Nous formons une sorte de triumvirat", explique Peter Janssen, le CEO d’Ijsboerke.

Concrètement, Leonidas a recouru au savoir-faire d’Ijsboerke pour créer une praline glacée et une glace sur bâton de type "manon"; Java et Ijsboerke ont mis au point un café frappé composé d’un espresso préparé par le premier et d’une glace vanille faite par le second; les boutiques "Belgian Moment" du glacier et le "Leonidas Chocolates Café" ouvert par le chocolatier à Anvers servent désormais à leurs clients du café Java. C’est donc une coopération triangulaire à plusieurs entrées, et qui pourra encore être étendue à l’avenir.

Le projet permet aussi de faire éclater les réseaux de distribution des uns et des autres. Exemple: la glace baptisée "Manon Signature White" est distribuée dans le réseau retail par Ijsboerke, mais est aussi commercialisée par le réseau de boutiques de Leonidas, un réseau tentaculaire car il s’étend dans quarante pays. "On obtient ainsi un environnement de distribution multicanaux", relève Dirk Jacxsens, le CEO de Leonidas.

Atomes crochus

"La collaboration entre Ijsboerke et d’autres fleurons belges, tels que Leonidas et Java, correspond à une stratégie marketing plus large, explique Peter Janssen. Ijsboerke veut collaborer avec d’autres marques fortes qui portent la bannière de la qualité et de l’artisanat de chez nous." Le glacier dont le quartier général se trouve à Tielen n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai: il collabore déjà depuis des années avec le biscuitier ouest-flamand Jules Destrooper. Et il vient aussi de créer un partenariat avec la siroperie liégeoise Meurens, avec laquelle il lancera dans quelques jours sur le marché une glace vanille au sirop de Liège.

"Nous sommes plus créatifs ensemble qu’isolément."
Dirk Jacxsens
CEO de Leonidas

Au-delà de l’objectif commercial, les nouveaux partenaires se sont découvert des atomes crochus dans l’approche de leur métier. Ils ont notamment pu mesurer le supplément de créativité qu’offre la démarche. "Nombre d’entreprises se bornent à chercher à innover en interne, observe Dirk Jacxsens, alors qu’en réalité, l’innovation relevante apparaît souvent en dehors de l’entreprise, via des collaborations." C’est ce qu’il s’est passé quand le chocolatier s’est adressé au glacier de Tielen: leurs dirigeants et leurs ingénieurs se sont aussitôt entendus, au point que le délai entre le jaillissement de l’idée et le lancement du produit sur le marché a été réduit à quelques mois à peine, ce qui est très rapide.

Confiance sine qua non

"Il y a un potentiel incroyable dans les entreprises en Belgique, conclut Dirk Jacxsens, mais il faut oser penser en dehors des limites de votre propre société." Lorsqu’il s’est mis en tête de trouver un partenaire dans le secteur du café, voici un an et demi, le patron de Leonidas avait commencé par sillonner l’Italie et l’Irlande, avant de le trouver… à Rotselaer, en Belgique, avec Java. "Il faut une confiance entière l’un dans l’autre et une transparence totale, sinon la collaboration ne marchera pas", précise Peter Janssen. Et ce qui ne gâte rien, c’est que les trois entreprises ont le vent en poupe. Leurs ventes ont affiché des progressions à deux chiffres lors du dernier exercice (lire ci-contre), leurs dirigeants tablent sur une nouvelle année de croissance en 2015 et continuent de recruter.

Leonidas

"Nous planchons sur nombre d’innovations"

Dirk Jacxsens, CEO du pralinier Leonidas: "Nous avons réalisé plus de 120% de croissance du chiffre d’affaires à l’issue de notre exercice 2013-2014, bouclé fin juin. Une très bonne année. On constate que les consommateurs d’Europe de l’Ouest sont en train de modifier leur comportement. Raison pour laquelle nous planchons sur nombre d’innovations, tout en nous demandant continuellement comment rester relevant à l’avenir."

"Entre autres défis, nous cherchons à lancer davantage d’innovations à d’autres moments de consommation et via d’autres canaux de distribution. Leonidas est présent dans 40 pays avec 1.300 magasins. En moyenne, nous ouvrons un magasin par semaine dans le monde. Il arrive aussi qu’on en ferme: on a fermé celui de Hong Kong récemment parce que le loyer de ce point de vente de 24 mètres carrés est soudain passé de 26.000 à 54.000 dollars de Hong Kong!"

En 2013-2014, la Confiserie Leonidas (société mère) a dégagé un chiffre d’affaires de 78,7 millions d’euros.

Ijsboerke

Encore en phase de transition

Peter Janssen, CEO des glaciers Ijsboerke et Glacio: "Nous avons racheté Ijsboerke il y a deux ans. Nous sommes encore en phase de transition avec des projets de changement gigantesques qui touchent à la fois les collaborateurs, les structures, les systèmes et les cultures d’entreprise. Cela représente baucoup de travail, mais cela ne nous a pas empêchés d’enregistrer l’an dernier une croissance de notre chiffre d’affaires de 10% pour le porter de 73 à 81 millions d’euros. Et pour 2015, nous allons tenter de le porter à 90 millions. Ijsboerke est passé auparavant par une phase difficile de sa vie, l’entreprise a renoué avec un rythme de croissance correct, mais je dois ajouter qu’en 2014, nous n’avons pas encore été assez efficients — c’est sans doute logique, compte tenu de la phase de transition. L’intégration du système SAP dans l’entreprise a, par exemple, pris du temps au stade de l’optimalisation. Ceci dit, comme nous avons fait la transition, 2015 devra être meilleure."

"Il faut rappeler aussi que notre pays présente les coûts salariaux parmi les plus élevés au monde. Et malgré cela, nous avons des entrepreneurs et des entreprises qui comptent et qui se distinguent à l’international. Alors, imaginez ce qu’on pourrait réaliser en Belgique si nos coûts salariaux revenaient à un niveau normal!"

Java

Croissance de 10% pour le chiffre d’affaires

Wim Claes, directeur général du torréfacteur Java: "2014 a été une bonne année pour nous aussi, avec une croissance de quelque 10% de notre chiffre d’affaires dans nos différentes activités: distribution, food service, café et torréfaction, et avec de bons résultats. Une croissance d’autant n’est cependant pas neutre pour l’entreprise: à droite, à gauche, cela craque, il faut veiller à placer les bonnes personnes aux bonnes places et à ce que tout continue à tourner. Pour 2015, nous attendons une nouvelle croissance dans une fourchette entre 5 et 10%. Grâce notamment au nouveau café frappé que nous lançons avec Ijsboerke!"

En 2013, The Java Coffee Company avait enregistré un chiffre d’affaires de 8,1 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés