Publicité

Le plan de séduction de Delhaize fonctionne en Belgique

Frans Muller, CEO d'Ahold Delhaize ©ANP

La filiale belge du groupe Ahold Delhaize boucle son 3e trimestre sur un chiffre d'affaires de 1,23 milliard d'euros et une marge opérationnelle en hausse de 0,2 %, poursuivant ainsi le redressement amorcé depuis le début de l'année. Le groupe gonfle ses ventes nettes de 3,6 % à 15,8 milliards d'euros. L'action du groupe gagnait quelque 5% en matinée.

Comme au deuxième trimestre, les voyants sont à nouveau au vert pour Delhaize Belgique , qui a bouclé le 3e trimestre 2018 sur un chiffre d'affaires de 1,23 milliard d'euros, soit 1 % de plus qu'il y a un an (+0,6 % sur base comparable). L'enseigne au lion poursuit ainsi le redressement amorcé depuis le début de l'année.

La rentabilité est elle aussi en hausse: le bénéfice opérationnel sous-jacent bondit de 6,2 % à 38 millions d'euros. La marge opérationnelle rogne pour sa part 0,2 % pour atteindre 3,2 %. Au premier trimestre, elle plafonnait encore à 1 %. "Delhaize a accru ses ventes et ses marges grâce à la poursuite de la mise en oeuvre de sa nouvelle stratégie et de ses plans de redressement", se félicite Frans Muller, CEO d'Ahold Delhaize, dans le communiqué du groupe.

Pour rappel, Delhaize Belgique s'est lancé dans une vaste opération de rénovation de ses magasins, a resserré la gestion de ses coûts et a modifié sa politique de promotions, désormais plus ciblées et plus fortes.

La performance d'ensemble d'Ahold Delhaize surpasse quant à elle les attentes des analystes. Le groupe belgo-néerlandais a gonflé ses ventes nettes de 3,6 % à 15,8 milliards d'euros, dépassant de 300 millions les pronostics moyens des analystes.

Progression généralisée

La croissance des revenus concerne toutes les divisions géographiques du groupe - même si la progression est moins nette en Europe centrale et de l'Est. Le groupe profite notamment de ses fortes performances sur ses marchés clés que sont les Etats-Unis (+3,2 %) et les Pays-Bas (+5,8 %). Avec un revenu global de 9,62 milliards d'euros, le marché américain absorbe à lui seul les deux tiers des revenus du groupe. Aux Pays-Bas, les ventes nettes atteignent 3,47 milliards d'euros.

L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) sous-jacent a gagné quant à lui 5,4 % à 1,08 milliard d'euros. "Ces résultats démontrent la force de nos marques locales, qui sont soutenues par leurs positions de leader sur leurs marchés" respectifs, affirme Frans Muller.

Le bénéfice opérationnel sous-jacent, de son côté, est  en hausse de 9,6 % à 647 millions d'euros, surpassant lui aussi les prévisions des analystes qui misaient sur un Ebit de 620 millions. Le bénéfice net bondit pour sa part de 26,7 % à 459 millions d'euros.

Ahold Delhaize continue aussi de surfer avec succès sur le boom de l'e-commerce. taux de change constant, les ventes en ligne ont en effet progressé de 27,6 % en un an, pour atteindre 846 millions d'euros au troisième trimestre. Sur un an, la part de l'e-commerce dans les revenus globaux est ainsi passée de 4,4 % à 5,4 %. 

Les Pays-Bas se taillent la part du lion. Les ventes par internet y ont progressé de 33,2 % à 647 millions d'euros. Ahold Delhaize y profite à plein de l'essor de son partenaire d'e-commerce Bol.com. En Belgique, la progression des ventes en ligne est moins nette, mais tout de même sensible (+18 %). Elles ont atteint 12 millions d'euros au 3e trimestre, soit pratiquement 1 % des ventes globales.

La situation comptable saine d'Ahold Delhaize se traduit aussi dans la hausse de son cash-flow disponible, qui atteint 538 millions d'euros. De quoi permettre au groupe de relever de 1,9 à 2 milliards d'euros son objectif de cash flow disponible sur l'année.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés