Les bonnes adresses de Pierre Résimont

Pour Pierre Résimont, la reprise post-Covid est bonne. Son restaurant doublement étoilé au Michelin, l'Eau vive, est complet jusqu'à la fin du mois d'août.

Pierre Résimont, le chef de l'Eau vive (deux étoiles au Michelin) ne se plaint pas. La reprise après la crise du Coronavirus est bonne.

"Installez-vous dans la cuisine, le chef va arriver"... Nous sommes en fin de matinée, la brigade de Pierre Résimont est concentrée sur la préparation du service de midi. Dans un coin de la cuisine, une table couverte d'une toile cirée (sans conteste la meilleure du restaurant) nous offre un point de vue imprenable. Le chef ne tarde pas à arriver, franchement de bonne humeur.

"Le restaurant est complet jusqu'à la fin du mois d'août, c'est bien," entame le chef. "Ma crainte, quand j'ai ouvert il y a trente ans, c'était de ne pas être complet tout le temps", explique-t-il, raison pour laquelle il a tenu à se diversifier. Ces dernières années, il a investi dans du logement (Le Cube et le Medissey) et il a ouvert le Comptoir de l'Eau vive, à Erpent (Namur).

Avant de se lancer dans le jeu des bonnes adresses, il tient à préciser qu'il s'entend bien avec tout le monde. "J'ai plein d'amis, il y a beaucoup de belles maisons, c'est difficile pour moi de choisir – il faudra le dire dans votre article. Il y a plein de gens que j'aime bien et parfois, je vais chez l'un ou l'autre en fonction des saisons". Nous voilà prévenus.

Sa cantine préférée

"Le comptoir de l'Eau vive", lâche-t-il dans un éclat de rire. Mais ce n'est pas qu'une blague ou un clin d'oeil. Pierre Résimont va souvent manger là-bas le samedi midi. "C'est le restaurant dont j'avais envie pour manger un morceau en toute simplicité, avec de bons produits", explique-t-il, précisant qu'on y trouve une carte composée de 150 à 200 vins différents. En dehors du comptoir, Pierre Résimont va volontiers manger un morceau au Potes au feu, un établissement qui a ouvert il y a un mois et demi à Namur. Aux fourneaux, on retrouve Damien Gorjanec (ex-chef du Comptoir de l'Eau vive) et François Schepens (ex-Plage d'Amée).

Son restaurant étoilé préféré

Le Slagmolen, du chef Bert Meewis, à Opglabeek. "C'est un copain, nous avons cuisiné ensemble récemment lors d'une croisière à Dubaï. Il y avait aussi Yves Mattagne, d'ailleurs. Bert a une cuisine qui ressemble à la mienne, il travaille avec de bons produits classiques, sa cuisine a beaucoup de goût et l'accompagnement est toujours juste", précise Pierre Résimont.

Son coup de coeur dans une capitale

"Chez Yves Mattagne, au Art Club", répond le chef de l'Eau vive, sans la moindre hésitation. Les deux chefs sont très amis. "J'y suis allé au tout début et j'ai mangé près de Yves qui était occupé à préparer l'envoi de tous les plats froids", explique-t-il. Art Club est un restaurant éphémère ouvert par Mattagne en attendant que s'achèvent les (lourds) travaux de rénovation de la Villa Lorraine à qui il entend rendre ses lettres de noblesse.

Un restaurant hors du temps

Ici non plus, pas d'hésitation. Pierre Résimont aime se rendre au Confessionnal, à Dinant, chez Philippe Gérard. "C'est un pote, il tient un bistro à l'ancienne dans le décor d'un ancien confessionnal. Il travaille seul, avec sa fille en salle". Dès qu'il le peut, Pierre Résimont y emmène des amis chefs, comme David Martin (La Paix). Lionel Rigolet, le chef du Comme chez soi, y a déjà emmené Pierre Wynants, son beau-père qui l'a précédé aux fourneaux du Comme chez soi.

Un endroit pour le petit-déjeuner

En Belgique, Pierre Résimont ne prend pas vraiment le temps de s'arrêter pour un petit-déjeuner. Par contre, quand il se rend à Paris, il n'est pas rare qu'il se dirige vers l'hôtel Georges V pour son repas du matin. "Il s'agit d'un repas quasi complet servi à table", conclut-il avant de filer en cuisine pour assurer le service de midi.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés