Les Colruyt misent sur les substituts de viande

©Photo News

La famille Colruyt se lance à fond sur le marché en croissance des substituts de viande. Elle a conclu un accord de partenariat avec Kerry, un groupe alimentaire irlandais coté en Bourse, dont le chiffre d’affaires annuel se monte à 6,1 milliards d’euros. Les deux partenaires vont produire ensemble des substituts de viande d’origine végétale.

C’est une étape importante et qui en dit long sur les nouvelles tendances mondiales du marché alimentaire, sur lesquelles les Colruyt souhaitent surfer.

Ces dernières années, de nombreuses grandes entreprises alimentaires ont beaucoup investi dans les produits végétariens.

Par exemple: le groupe suisse Nestlé a acquis en 2016 la célèbre marque de produits végétariens Garden Gourmet.
La société britannique Qorn s’est retrouvée aux mains de Monde Nissin pour 550 millions de livres sterling.

Retrouvez notre dossier sur l'assiette de demain ici

→ Et notre long-format ici

Et si vous pensez être un as de l'alimentation, testez notre quiz ici

La Silicon Valley n’échappe pas au phénomène: le fondateur de Microsoft Bill Gates et le cofondateur de Facebook Dustin Moskovitz, ont investi des dizaines de millions de dollars dans Impossible Foods, qui produit des hamburgers végétariens.

©ojah

Il y a un an, la famille Colruyt a acheté via son fonds d’investissement Korys toutes les actions de la société néerlandaise Ojah, qui enregistre un chiffre d’affaires annuel de près de 4 millions d’euros avec la vente, notamment, de "poulet" végétarien à base de soja.

Aujourd’hui, Korys cède "une petite majorité" des actions à Kerry. D’après les médias irlandais, la transaction se monterait à plus de 20 millions d’euros. Kerry vend des ingrédients à des groupes alimentaires.

En s’associant avec Kerry, Colruyt espère porter les substituts de viande à un niveau supérieur et booster les ventes. "Ojah est déjà très avancée sur le plan de la structure des substituts de viande", explique Dries Crevits, directeur opérationnel de Korys. "Il n’y a pratiquement pas de différence entre la viande de poulet et son substitut végétarien. Au niveau gustatif, nous pouvons encore nous améliorer. Ce sera possible grâce au know how de Kerry."

Au niveau commercial également, Korys espère bénéficier d’un coup de pouce des Irlandais. "Kerry a beaucoup de contacts avec les entreprises alimentaires et les supermarchés", explique Crevits. "Le groupe connaît aussi très bien les préférences gustatives dans les différents pays."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content