Les familles Boël et Spoelberch investissent dans le Starbucks indonésien

La chaîne de cafés compte à ce jour 324 points de vente sur son marché domestique. Elle vise les 500 d'ici la fin d'année.

Sofina et Verlinvest ont participé à un tour de table à 109 millions de dollars du côté de Kopi Kenangan, une chaîne de cafés indonésienne. Le montant les concernant n'est pas connu.

Pause café pour les familles Boël et Spoelberch. Sofina, le holding de la première, et Verlinvest, le véhicule d'investissement de la seconde, parmi les actionnaires de référence d'AB InBev, viennent de prendre part à un tour de table à quelque 109 millions de dollars du côté de la chaîne de café indonésienne Kopi Kenangan, a-t-on appris. Soit un de leurs plus gros investissements dans le monde de la consommation dans la région.

109
millions $
Sofina et Verlinvest ont participé à un tour de table de quelque 109 millions de dollars du côté de Kopi Kenangan.

Avec ces fonds fraîchement levés, le Starbucks indien, fondé en 2017, entend désormais renforcer ses opérations sur son marché local, lancer de nouveaux produits, investir dans sa technologie, de même que, après la crise du coronavirus, se développer en Thaïlande, aux Philippines et en Malaisie.

Aujourd'hui, la chaîne compte 324 points de vente en Indonésie. Elle en vise 500 pour la fin d'année.

Avec le cofondateur de Facebook

Le montant investi par les deux groupes belges n'a pas filtré. Tout au plus sait-on que Sequoia, partenaire de longue date de Sofina et déjà au capital de Kopi Kenangan, a mené l'opération; quand B Capital, le fonds d'investissement du cofondateur de Facebook Eduardo Saverin, était aussi de la partie.

Et ce, après une autre opération il y a six mois déjà, auprès d'acteurs tels que le basketteur américain Caris LeVert, ou encore Arrive, le véhicule d'investissement en capital-risque du rappeur américain Jay-Z.

Déjà actifs ensemble en Inde

Reste qu'il ne s'agit pas là d'une première asiatique pour le duo du plat pays. Ensemble, ces deux acteurs importants de la scène belge - et mondiale, dans une autre mesure - ont déjà coinvesti dans la scale-up indienne Byju's par exemple, qui a développé une application d'apprentissage permettant aux élèves et aux étudiants de s'entraîner et de se préparer aux examens d'entrée à travers un mélange de vidéos, de simulations interactives et d'autres contenus.

Avec succès pour les Belges, puisque l'entreprise s'est entre-temps muée en véritable pépite - visant les 422 millions de dollars de chiffre d'affaires pour cette année - au sein de leur portefeuille respectif. Lorsque Sofina (en 2016) et Verlinvest (en 2017) sont montées à bord, la société valait plusieurs centaines de millions; quand un dernier tour de table, intervenu en début de cette année a amené Byju's a être désormais évaluée à quelque 8 milliards de dollars.

Ce qui a décidé Sofina à se désengager quelque peu du capital fin mars, elle qui possède environ 8% de Byju's. Verlinvest, de son côté, n'avait pas suivi le mouvement.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés