Les prix sont-ils en hausse dans les supermarchés et les pharmacies?

Nathalie Muylle, ministre de l'Économie, annonce le retour des promotions notamment pour éviter le gaspillage des denrées périssables. ©Photo News

L'interdiction des promotions dans la grande distribution a pesé sur le portefeuille des Belges. Elle va bientôt être levée.

Des masques chirurgicaux vendus en pharmacie à un prix 10 à 15 fois supérieur à la normale. Un caddy au supermarché plus coûteux que d'ordinaire. Les plaintes en ce sens affluent pour le moment.

Vincent Van Quickenborne (Open Vld) tweetait ce weekend son ticket de courses au Colruyt. Il y relevait une hausse de près de 9% des yaourts, de 23% pour des chips ou de 5% pour du fromage râpé.

Étude compliquée

Dans le chef du SPF Économie, on se dit attentif à la situation sans pouvoir conclure, à cette heure, à une hausse avérée des prix. "Nous n'avons, à ce jour, aucune donnée chiffrée qui permet de dire que les prix ont augmenté", indique Étienne Mignolet porte-parole du SPF Économie. Il souligne toutefois que la méthodologie d'analyse du panier des ménages est aujourd'hui faussée par l'interdiction qui a été faite aux grandes surfaces de procéder à la moindre promotion.

La mesure avait été prise alors que les consommateurs se ruaient dans les chaînes de distribution et y dévalisaient certains rayons. Ce "hamestering", comme on l'a appelé, mettait en péril la bonne gestion des stocks des différentes enseignes, d'où la mesure.

568
euros
Selon Test Achats, 49% des ménages ont déjà observé un impact financier de 568 euros.

Le rôle des promotions

Et c'est probablement suite à cette interdiction que se joue la différence de prix sur votre ticket de caisse. "La suppression des promotions a fait augmenter les prix", reconnaît Julie Frère de Test Achats. Par contre, pas plus que le SPF Économie, l'organisation de défense des consommateurs n'a d'éléments qui lui permettent d'affirmer que le prix à l'unité des produits a augmenté. "Les distributeurs nous affirment bien sûr que ces prix n'ont pas augmenté."  

Test Achats prône toutefois un retour des promotions au moins pour les denrées périssables alors que "les ménages souffrent financièrement." Selon Test Achats, 49% des ménages ont déjà observé un impact financier de 568 euros. 

L'organisation appelle aussi à une évaluation hebdomadaire de la situation afin de réintroduire progressivement le système des promotions pour les autres produits.

Le retour des rabais

L'idée semble être partagée, puisque la ministre de l'Économie Nathalie Muylle annonçait, dans la matinée, le retour des promotions.

"J’ai moi-même constaté que mon panier est devenu plus cher en me rendant au supermarché, précisément parce que les promotions ne s’appliquent plus. Ce n’était pas l’intention de la mesure, en particulier pour l’instant, quand bien des familles se doivent d’être économes lorsqu’un ou plusieurs de leurs membres sont au chômage technique temporaire. Voilà pourquoi nous autorisons à nouveau les promotions. Tout rentrera certainement dans l’ordre cette semaine."  

Selon le magazine de la distribution Gondola, certaines grandes enseignes de supermarché se montrent frileuses à l'idée de réappliquer les promotions sur les étiquettes. Chez Delhaize, on craint ainsi une pression supplémentaire sur la logistique et le réapprovisionnement. Colruyt soutient, pour sa part, la volonté de la ministre, et ce, dans "l'intérêt du client".

Et dans les pharmacies?

Du côté des pharmacies, la hausse de prix dénoncée par les consommateurs n'a pas non plus encore pu être vérifiée. "Un screening est en cours", précise-t-on encore chez Test Achats. Il sera aussi examiné en cas de hausse des prix confirmée si elle est du seul chef des pharmaciens, ou s'il y a eu une entente. Dans ce cas, le dossier sera du ressort des autorités de concurrence.

Alain Chaspierre, porte-parole de l'Association Pharmaceutique belge (APB), rappelle, pour sa part, que les prix des médicaments sont fixes. "L'ordre des pharmaciens a publié une note sur son site au sujet de l'étique professionnelle par rapport aux prix. On met des balises. Même s'il est possible qu'un ou deux pharmaciens tombent dans l'excès, je pense que la grande majorité fait un travail remarquable. Les pharmaciens ont mis en place des procédures pour assurer le suivi des soins et font du portage à domicile".

Il souligne surtout les mesures prises par le secteur. "Les pharmaciens régulent la vente du paracétamol à une boîte par famille pour éviter que des gens ne fassent du surstockage dans les maisons. Le Plaquenil, qui contient de l'hydroxychloroquine, a été mis en quarantaine par l'État pour le réserver aux hôpitaux et aux malades chroniques qui en ont besoin pour traiter la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus érythémateux. Il faut se méfier plus que jamais des sites de vente en ligne, qui sont la grande porte d'entrée des médicaments falsifiés".

Quant à l'envolée des prix de l'alcool, il note que l'État a autorisé les pharmaciens à se fournir auprès des distilleries pour fabriquer des solutions et gels hydroalcooliques.  

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité