Les Qataris prennent le contrôle total de la chocolaterie Galler

©Debby Termonia

Le fondateur Jean Galler quitte ses fonctions de dirigeant de la pépite wallonne. Il consacrera désormais l’essentiel de son temps à la création et à la communication.

Après avoir longuement patienté à hauteur de 50%dans le capital de la chocolaterie Galler, la famille qatarie du cheik Bin Jassim Al Thani a fini par prendre le contrôle total de cette pépite de l’industrie alimentaire wallonne. Il nous revient en effet qu’il a accru ses parts pour y devenir très confortablement majoritaire. Information confirmée à demi-mots au siège de l’entreprise, sans qu’on ne nous "lâche" le détail chiffré des nouvelles participations. On nous y précise en revanche que le fondateur Jean Galler reste actionnaire de son "bébé", mais à titre très minoritaire et pour un temps seulement. A terme, les Qataris reprendront 100% du capital.

À l’âge de 63 ans, l’homme aura vraisemblablement jugé le moment venu de faire un pas de côté, mais un pas seulement puisqu’il continuera d’exercer des fonctions managériales au sein du groupe. "Je me concentrerai sur la création de produits et la communication de la chocolaterie", nous a-t-il confié.

Nouvelle direction

Le changement de propriétaire s’est déjà traduit dans l’organigramme des différentes sociétés du groupe. Jean Galler, qui était jusqu’ici administrateur délégué de Galler Chocolatiers, de Galler Franchising et de la société faîtière Galler Holding, a cédé son poste, dans les trois entreprises, à Joao De Gouveia, le conseiller du groupe qatari. Même chose chez Galler Boutiques, où Jean Galler a quitté ses fonctions de gérant au profit du même Joao De Gouveia. Le passage de témoin est donc déjà enregistré sur le terrain, et ce depuis la mi-avril.

"Je me concentrerai sur la création de produits et la communication de la chocolaterie."
Jean Galler

La montée en puissance de la famille Al Thani intervient à un moment très favorable pour la chocolaterie. Après avoir connu un exercice délicat en 2016 suite aux attentats et à leurs conséquences sur le commerce dans les centres-villes, l’entreprise a très bien rebondi l’an dernier. Elle a dégagé un excédent brut d’exploitation (Ebitda) récurrent de 2,5 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de quelque 35 millions, ce qui constitue son plus haut historique.

Elle doit cette performance en partie à la reprise du marché belge, mais également à la percée qu’elle réalise en Asie. C’est au Japon surtout que le chocolat et les pralines de la marque Galler engrangent les succès. Il faut dire que les produits de la PME wallonne y sont particulièrement bien distribués, le partenariat qu’elle y a noué avec un glacier local lui ayant permis de multiplier le nombre de ses points de vente. Après la Belgique, le Japon est aujourd’hui son deuxième marché, devant la France.

170
emplois
Le groupe Galler emploie quelque 170 personnes aujourd’hui.

La petite chocolaterie artisanale d’il y a trente ans est devenue un acteur important du secteur en Belgique. Elle se classe au quatrième rang des chocolatiers sur le marché de la grande distribution, en volume, derrière trois géants d’envergure internationale, Côte d’Or, Mars et Ferrero.

Le groupe Galler emploie quelque 170 personnes aujourd’hui et continue de surfer sur la vague porteuse apparue l’an dernier. Ses dirigeants prévoient une nouvelle poussée du chiffre d’affaires et des résultats cette année. Ils tablent sur 40 millions et 3 millions d’euros, respectivement, pour 2018.

Première ouverture en Chine

Les succès engrangés en Asie les ont aussi incités à inscrire la Chine sur la liste de leurs marchés: Galler y ouvrira une première boutique en juin prochain.

Après le Qatar, le Liban et le Japon, ce sera son quatrième pays asiatique — et son sixième toutes destinations confondues, puisqu’on trouve ses boutiques et ses corners au Grand-Duché et en France également.

De son côté, Jean Galler continuera par ailleurs à soigner le vignoble bio qu’il a implanté avec sa fille Justine à La Haie du Loup, à Vaux-sous-Chèvremont, mais ceci est une autre histoire…

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect