Les trois moteurs qui pourraient faire mousser AB InBev

©EPA

Berenberg, qui vient de relever son objectif de cours sur la valeur, a identifié trois éléments qui pourraient doper l'action AB InBev: l'IPO en Asie, la fin d'un accord de distribution exclusif d'Heineken au Mexique et la percée de la marque Michelob Ultra aux Etats-Unis.

Le marché continue à faire une fixette sur l’endettement d’AB InBev alors que plusieurs éléments vont prochainement jouer en faveur du groupe brassicole, estiment les analystes de Berenberg dans une note intitulée "Leverage myopia".

Et, tout d’abord, l’introduction en Bourse (IPO) d’une partie de ses activités en Asie-Pacifique qui, tout comme la nette réduction du dividende annoncée en 2018, doit justement alléger le poids de la dette. Celle-ci atteignait encore 102,5 milliards de dollars fin de l’année dernière.

Selon les calculs de Berenberg, cette IPO, que la banque d'investissement allemande voit se concrétiser le mois prochain, valoriserait sa branche Asie-Pacifique à 56 milliards de dollars. Si l’IPO se limite à 15% des actions, cela pourrait rapporter 7,9 milliards de dollars au groupe. "D’après nos nouvelles estimations, AB InBev verra son ratio dette nette/Ebitda passer à 3,8 en 2019 et à 3,3 en 2020." Rappelons qu’AB InBev vise un niveau inférieur à 4 d’ici fin 2020. Il était encore de 4,6 fin 2018.

Croissance de 8% au Mexique

7,9 milliards $
IPO
Selon Berenberg, c'est le montant que pourrait tirer AB InBev de la vente de 15% des actions de sa branche Asie-Pacifique lors de son IPO prévue prochainement.

Un deuxième élément devrait venir soutenir la croissance d’AB InBev dans un de ses marchés clés, le Mexique. Depuis des années, son concurrent Heineken a bénéficié d’un accès exclusif dans la chaîne de magasins Oxxo qui compte environ 18.000 points de vente. Cet accord n’ayant pas été renouvelé, cela représente une aubaine pour le brasseur de la Stella.

Les spécialistes de Berenberg, qui soulignent que le Mexique génère l’une des marges Ebitda les plus élevées du groupe, estiment que la croissance du volume d’AB InBev dans ce pays pourrait atteindre une moyenne de 8% au cours des quatre prochaines années.

Michelob Ultra pour enrayer le déclin

Enfin, AB InBev a sans doute trouvé le Graal qui lui permettra de compenser le déclin de ses marques phares – Bud Light et Budweiser – aux Etats-Unis. Il s’agit de la bière Michelob Ultra, très faible en calories. Elle compte déjà pour 15% du chiffre d’affaires là-bas et ses ventes croissent de 15% par an. "Si Michelob Ultra continue de progresser à ce rythme, nous estimons qu’elle pourra absorber le recul des ventes de la famille Budweiser dès la fin de l’année prochaine", avancent les analystes.

Au vu de ce qui précède, Berenberg, qui reste à l’achat sur la valeur, a relevé son objectif de cours sur la valeur à 103 euros contre 90 euros avant ce qui représente un potentiel de hausse de 36% par rapport au cours actuel de 75,5 euros. Le "target" moyen de tous les brokers qui suivent le titre s’élève, pour sa part, à 87,4 euros.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect