Millésime Chocolat ouvre son capital à François Fornieri et Noshaq

©Anthony Dehez

La chocolaterie de luxe liégeoise se transforme en société anonyme et emménage dans de plus vastes locaux. Elle augmente son capital avec la complicité de l’invest de la province et du fondateur de Mithra.

Millésime Chocolat, cette jeune entreprise créée il y a deux ans à Liège par un passionné du chocolat, Jean-Christophe Hubert, et son épouse Isabelle Gielen, se sent déjà à l’étroit aussi bien dans les murs de son atelier que dans sa forme juridique. Ses deux fondateurs ont dès lors pris deux décisions énergiques: ils vont déménager et transformer la société privée à responsabilité limitée en société anonyme.

©Dieter Telemans

Cette double opération a une autre conséquence: le capital social doit être revu à la hausse. Qu’à cela ne tienne, le tandem Hubert-Gielen n’a pas dû voyager bien loin pour dénicher des candidats à l’investissement. François Fornieri, le fondateur du groupe pharma Mithra, et Noshaq (ex-Meusinvest), l’invest liégeois, ont répondu présent et souscrit à l’augmentation de capital de Millésime Chocolat, pour un peu moins de 300.000 euros.

"Ces derniers mois, l’entreprise a continué à se développer et à gagner des prix, et nous avons été beaucoup sollicités à l’exportation, explique Jean-Christophe Hubert. Des exploitants de boutiques, des passionnés de chocolat et des distributeurs ont pris langue avec nous. Cette reconnaissance nous fait plaisir et nous a amenés à imaginer de déménager."

"Une entreprise ouverte"

La dizaine d’employés de la jeune pousse étaient déjà à l’étroit sur les 170 m2 qu’occupaient les ateliers. La direction a trouvé des locaux à Seraing, sur 600 m2, où l’entreprise va transférer ses machines et emménager. L’inauguration du nouveau site est prévue pour le 2 octobre prochain.

"Ces derniers mois, l’entreprise a continué à se développer et à gagner des prix, et on a été beaucoup sollicité à l’export."
Jean-Christophe Hubert
Fondateur de Millésime Chocolat

"On y sera plus à l’aise non seulement pour la production, mais aussi pour héberger notre équipe commerciale, détaille Hubert. On saisira l’occasion pour y ouvrir aussi une boutique d’usine et pour pouvoir accueillir des visiteurs et les guider à travers les ateliers sans déranger les travailleurs. Ce sera une entreprise ouverte."

Jean-Christophe Hubert va augmenter ses capacités de production au passage. Non pas en achetant de plus grosses machines, mais en multipliant leur nombre.

"Nous voulons préserver la quintessence de notre travail et de notre process", précise-t-il. Car l’homme fait partie du club des "Bear to Bar" et entend bien le rester. Il assume l’entièreté du travail depuis la fève de cacao jusqu’à la tablette prête pour la commercialisation. Et il tient à conserver son approche d’artisan volontiers puriste, au service de chaque fruit et de chaque récolte. "Comme dans le processus du vin, on ne mélange pas les récoltes de fèves, ni les sacs, ni les parcelles (des plantations), et on millésime chaque production. On met le fruit en évidence et on se refuse à modifier son goût pour qu’il soit homogène d’une année à l’autre", nous avait-il récemment expliqué. La raison pour laquelle la société mentionne sur chacune de ses tablettes le millésime, c’est-à-dire l’année de récolte des fèves, et le lieu de plantation.

Accords de distribution en cascade

Ses produits plaisent beaucoup à l’exportation. La société a ainsi conclu une série d’accords avec des partenaires distributeurs par pays. Elle l’a fait pour les marchés allemand, français, danois, suédois, japonais et espagnol. "Et on cherche à présent à développer le continent américain", conclut Jean-Christophe Hubert.

©Dieter Telemans

Cela ne signifie pas qu’il néglige la Belgique pour autant. "On est devenu 100% bio depuis le printemps dernier. Et nous avons signé avec un distributeur pour servir le réseau bio en Belgique."

Quant à l’ouverture du capital de Millésime Chocolat, il s’est fait presque naturellement. "François Fornieri est un ami, relate Jean-Christophe Hubert. Il m’avait fait part de son intérêt à participer à la société." Il y a investi via sa société Yima.

Deux fois 20% du capital

Et quid de Noshaq? "J’ai rencontré des responsables de l’invest quand ils sont venus visiter nos ateliers. Pour Noshaq, le développement de la gastronomie de luxe est devenu un axe prioritaire." CQFD.

Les nouveaux actionnaires ont chacun souscrit vingt pour-cent du capital et hérité d’un siège au tout nouveau conseil d’administration, où ils côtoieront Jean-Christophe Hubert et Isabelle Gielen.

En septembre 2018, François Fornieri nous emmenait chez Millésime, un de ses coups de cœur liégeois. Redécouvrez la vidéo.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect