Mmmmh! forcée de réduire la voilure devant le tribunal

©Saskia Vanderstichele

La société Mmmmh!, active dans les cours de cuisine, a dû se tourner vers le tribunal pour se mettre à l’abri de ses créanciers. Le fondateur va se concentrer sur son métier de base.

La société Mmmmh!, qui dispense des cours de cuisine aux particuliers et lors de séminaires d’entreprises, vient d’introduire une procédure de réorganisation judiciaire devant le tribunal de commerce francophone de Bruxelles. Cette procédure, qui vise avant tout à se mettre à l’abri de ses créanciers, devrait permettre à la société fondée en 2003 de se relancer en se concentrant sur son activité de base. Tel est en tout cas le souhait de Carlo de Pascale, l’un des fondateurs de la Mmmmh!.

Recentrer sur les cours

Si Mmmmh! a introduit une PRJ mercredi dernier, c’est avant tout pour régler son passif. Selon les derniers comptes annuels publiés (2014), celui-ci s’élève à plus de 800.000 euros.

"Mon orientation est 100% cours de cuisine."
Carlo de Pascale
Fondateur de Mmmmh!

Cette situation peut s’expliquer par deux facteurs: la société comptait trop de travailleurs par rapport aux activités et les principaux responsables se sont quelque peu fourvoyés en ouvrant un espace de vente d’ustensiles de cuisine et de produits d’épicerie fine. Carlo de Pascale le reconnaît volontiers et explique que la tendance a déjà été inversée. Au plus fort de son activité, Mmmmh! proposait 7.000 références à la vente. "Nous avons divisé ce chiffre par cinq", nous a-t-il expliqué. Et l’enseigne qui comptait deux points de vente situés Chaussée de Charleroi en a fermé un des deux pour se recentrer sur un seul.

Pour sortir la tête de l’eau, Mmmmh! a fermé un point de vente et s’est séparé de la moitié de ses travailleurs. ©Saskia Vanderstichele

Il a également fallu tailler dans l’emploi. Et quand la société employait encore 14 personnes l’année dernière, ils ne sont plus que 7 aujourd’hui. Carlo de Pascale, qui est également chroniqueur culinaire en radio et à la télévision, a décidé de revenir à ses premiers amours: les cours de cuisine. Une tendance déjà réelle l’été dernier lorsqu’il déclarait à "L’Echo" que "ce sont indéniablement les cours qui ont forgé l’image de la société. Ils représentent 70% du chiffre d’affaires."

Carlo de Pascale a lancé Mmmmh! en 2003 avec trois associés et un capital de départ de 25.000 euros. Différentes augmentations de capital ont été effectuées jusqu’en 2007, époque de l’ouverture du deuxième point de vente. C’est à ce moment que le fonds Progress Fund entre dans l’aventure (avec 600.000 euros). Brustart, la filiale de la SRIB dédiée aux jeunes entreprises bruxelloises, entre également dans la danse, amenant un ticket d’entrée à 200.000 euros. Les deux nouveaux partenaires intègrent le conseil d’administration. La société grandit, les affaires tournent, mais il faut encore du cash. Deux ans plus tard, en 2009, Mmmmh! lance un emprunt obligataire de 450.000 euros avant de lancer un deuxième, convertible cette fois, un an plus tard, pour un montant de 187.000 euros. À ce moment, la société est valorisée à 1,2 million d’euros. À la fin de l’année 2011, un nouvel emprunt obligataire de 450.000 euros est lancé.

Aujourd’hui, Carlo de Pascale a racheté les parts de la société avec son frère. "Mon orientation est 100% cours de cuisine avec encore un petit espace magasin, mais avec moins de référence. On ne va garder que ce qui fait la différence", a-t-il expliqué.

Mmmmh! a clôturé l’année 2014 sur une perte de 324.000 euros et sur une perte reportée de 1,3 million d’euros.

[Suivez Nicolas Keszei sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés