Newtree Impact commence à se donner les moyens de sa mue

Newtree n'est plus une entreprise de chocolat et café bio, mais une société d'investissement éco-durable. ©Hugo Ribes

La société d'investissement Newtree Impact a réalisé une première levée de fonds auprès d'actionnaires existants et nouveaux, dont quelques pointures.

Newtree Impact, la PME bruxelloise active dans l’alimentaire éco-responsable qui s'est reconvertie en société d’investissement à impact positif sur le climat, vient de réaliser la première étape financière de sa métamorphose.

2,62
euros/action
L'augmentation de capital a été réalisée au prix de 2,62 euros par action.

La société cotée sur le marché Access d'Euronext Bruxelles a levé, dans le cadre du capital autorisé, 1,6 million d'euros. Objectif: amorcer la pompe et commencer à investir avant d'organiser une plus grosse récolte de fonds auprès d'investisseurs professionnels et institutionnels dans quelques mois.

Dix nouveaux investisseurs

L'augmentation de capital a été réalisée au prix de 2,62 euros par action. Par comparaison, la précédente opération du genre, en juin 2020, avait été effectuée au prix unitaire de 1,55 euro. Une quinzaine d'investisseurs y ont souscrit, dont cinq actionnaires existants et dix nouveaux.

"Toutes ces personnes sont motivées par notre positionnement sur les problèmes climatiques et veulent agir pour faire bouger les lignes."
Benoît de Bruyn
CEO, Newtree Impact

Parmi les habitués figurent le CEO Benoît de Bruyn, ainsi que deux administrateurs, Raymond Vaxelaire et Thibaud de Saint-Quentin. Robin Claessens, le dirigeant de la nouvelle division Chocolat de Newtree Impact, a également participé à l'opération, de même que Whitestone Partners, le holding à impact qui a récemment pris le contrôle d'Evadix.

Les nouveaux actionnaires ont tous investi à titre personnel, bien que la plupart d'entre eux émanent du monde des affaires. On y trouve notamment Grégoire Dallemagne, le CEO de Luminus, Yvan Verougstraete, l'administrateur délégué de Medi-Market, ou encore Guillaume van Rijckevorsel (Darts-ip) et Nicolas Saillez, le responsable des fusions et acquisitions chez D'Ieteren. "Toutes ces personnes sont motivées par notre positionnement sur les problèmes climatiques et veulent agir pour faire bouger les lignes", souligne le CEO Benoît de Bruyn.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés