Onze milliards de dollars pour les caisses d'AB InBev

Un souci en moins pour le CEO du brasseur Carlos Brito: AB InBev va empocher le produit de la cession des activités australiennes. ©Dries Luyten

AB InBev a enfin clôturé la cession de sa filiale australienne au groupe japonais Asahi. De quoi alléger sa dette.

AB InBev a enfin parachevé la vente de sa filiale australienne Carlton & United Breweries (CUB) au Japonais Asahi Group Holdings. L’opération lui rapportera 16 milliards de dollars australiens, soit quelque 11 milliards de dollars US. Comme il l’avait annoncé, le premier brasseur mondial consacrera "la quasi-totalité du produit de la cession" au remboursement de sa dette.

Le groupe belgo-brésilien aura mis plus de temps que prévu à clôturer cette opération. Il espérait, en effet, la boucler au premier trimestre. La faute, non pas à la crise du coronavirus, mais plutôt aux doutes soulevés, fin de l’an dernier, par l’autorité de la concurrence australienne (ACCC) sur l’impact de la transaction sur le marché du cidre. Elle craignait que le regroupement des deux principaux producteurs de cidre australiens ne résulte en une hausse des prix de cette boisson.

"Malgré l'environnement difficile, les collègues travaillant sur cette transaction ont fait preuve d’un grand dévouement et sont restés concentrés sur la réalisation de cette opération."
Carlos Brito
CEO d'AB InBev

Entre-temps, AB InBev a obtenu le feu vert de l’ACCC il y a deux mois. Il ne restait plus qu’à conclure le processus d’autorisation auprès de l’Australian foreign investment review board, l’agence publique australienne examinant les projets d’investissements étrangers. Le brasseur a donc décroché ce dernier sésame, ce qui lui a permis de boucler le deal.

"Environnement difficile"

"Malgré l'environnement difficile, les collègues travaillant sur cette transaction ont fait preuve d’un grand dévouement et sont restés concentrés sur la réalisation de cette opération. Je tiens à les remercier, ainsi que l'équipe de CUB pour leur attention, leur engagement et leur résilience continus", a déclaré Carlos Brito, le CEO d'AB InBev, dans le communiqué.

À l’avenir, Asahi aura le droit de commercialiser les marques mondiales (Budweiser, Stella Artois et Corona) et internationales (Leffe et Hoegaarden, notamment) d’AB InBev en Australie.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés