Outil et capacités renforcés pour la Brasserie du Val-Dieu

La nouvelle salle de brassage de l'Abbaye du Val-Dieu a pris la place de l'ancienne salle de dégustation.

La brasserie artisanale logée à l'Abbaye du Val-Dieu consacre la moitié de son plan d'investissement à sa nouvelle salle de brassage et crée une nouvelle bière.

Avec un an de retard sur le programme initial, en raison de l'éclatement de la crise au printemps 2020, la Brasserie du Val-Dieu a inauguré, ce vendredi, ses nouvelles installations à l'abbaye homonyme. Elle a plus que doublé ses capacités de production pour les porter à 40.000 hectolitres par an, contre 17.500 hl auparavant.

Jamais simple de construire de nouvelles installations dans un lieu classé au patrimoine. La brasserie et l'abbaye ont fait preuve d'ingéniosité pour transformer les diverses contraintes en opportunités. La nouvelle salle de brassage a pris la place de l'ancienne salle de dégustation, qui a elle-même émigré au deuxième étage de l'abbaye, à l'emplacement des anciens fenils. Dans la foulée, les exploitants du site ont saisi l'occasion pour renouveler également le magasin de l'abbaye et le Casse-Croûte (terrasse et restaurant en self-service).

"Nous disposons désormais d'un matériel à la pointe de la technologie, du jamais vu auparavant pour une brasserie artisanale."
Alain Pinckaers
Fondateur et CEO, Brasserie du Val-Dieu

"Faire plus et mieux"

Lancé il y a trois ans, le plan d'investissement de la brasserie s'élève à 10 millions d'euros, dont 4,8 millions ont été absorbés dans la nouvelle salle de brassage. "Le nouvel outil permettra de faire plus et mieux, souligne le fondateur et CEO Alain Pinckaers. Nous disposons désormais d'un matériel à la pointe de la technologie, du jamais vu auparavant pour une brasserie artisanale, ce qui nous permettra d'améliorer encore la qualité de nos bières."

4,8 millions
d'euros
La Brasserie du Val-Dieu a investi 4,8 millions dans sa nouvelle salle de brassage.

"On y est parvenus sans aides financières ni subsides", ajoute le CEO. La brasserie dispose depuis quelques années d'un actionnariat aux poches profondes. Aux côtés d'Alain Pinckaers, qui est resté actionnaire, Victor Bosquin (production de jeux de hasard, horeca, salle de jeux, immobilier, partenaire du groupe Ardent) en détient, en effet, quelque 50%, Roger Gehlen (construction, développement immobilier), une dizaine de pour cent, et Jean-Marc Corteil, qui dirige l'opérationnel d'Unibox, la société faitière du groupe Bosquin, quelques pour cent également. C'est grâce à leur soutien que le brasseur ambitionne de devenir "la plus grande des petites brasseries".

Une nouvelle bière

Qui dit nouvelle salle de brassage, dit (souvent) nouvelle bière. Val-Dieu n'a pas loupé l'occasion. Elle a créé une "Val-Dieu Fruitée", qu'elle lance à présent sur le marché et qui sera la septième boisson de sa gamme.

"Une bière avec moins d'amertume que les autres, à l'arôme de cerises griottes, labellisée prix juste au producteur", résume Lionel Delbart, le directeur commercial de la brasserie. De quoi positionner Val-Dieu dans un segment de bières en croissance.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés