Publicité

Pas d'étincelles attendues pour les résultats d'AB InBev

Depuis la publication des résultats semestriels d'AB Inbev, fin juillet, son action a chuté de 17%. ©REUTERS

AB InBev divulguera ses chiffres du troisième trimestre ce jeudi matin. Les analystes ne s'attendent pas à des résultats flamboyants. Reste à voir si le brasseur maintiendra ses prévisions pour l'année.

Au fur et à mesure que la date de la publication des résultats du troisième trimestre approche pour AB InBev , les analystes se font plus nombreux à réduire leurs objectifs de cours sur la valeur.

Après HSBC, Morgan Stanley ou JP Morgan, parmi d’autres, c’est au tour de Degroof Petercam ("acheter") et Oddo BHF ("surperformer") de procéder de la sorte. Le premier est passé de 72 euros à 68 euros et le second de 75 à 72,5 euros.

Désormais, le target moyen n’est plus que de 64 euros, ce qui représente un potentiel de hausse de 33% par rapport au cours actuel. La majorité des brokers qui suivent l’action (19 sur 33) sont toujours à l’achat.

Chute de 17%

Jeudi matin, avant-bourse, le leader mondial de la bière dévoilera donc son bilan trimestriel. On se rappellera que, fin juillet, les chiffres semestriels pourtant robustes ont été boudés par le marché. En cause, une rentabilité plus faible qu’espéré et des prévisions annuelles inchangées.

Depuis cette date, l’action a perdu 17% de sa valeur. Deux éléments sont également apparus, entre-temps, qui peuvent avoir une influence pour la suite: des rumeurs de cessions de certaines marques allemandes et la liberté que possède désormais Altria de vendre ses actions (9%). Fernand de Boer, de Degroof Petercam, ne s’attend pas à voir le cigarettier céder ses parts à ce stade.

Fin juillet, le brasseur avait réitéré ses prévisions pour 2021, à savoir une hausse de l’ebitda comprise entre 8 et 12% et une croissance des revenus supérieure à celle de l’ebitda.

Venons-en aux chiffres trimestriels. Selon le consensus des analystes compilé par AB InBev, les volumes devraient rester stables (-0,1%), les revenus croître de 4,2%, l’ebitda se contracter de 2,3% et le bénéfice par action atteindre 0,45 dollar. Pour l’ensemble de l’année, ces quatre chiffres passent dans l’ordre à 8%, 13,1%, 9,8% et 2,65 dollars.

Fin juillet, le brasseur avait réitéré ses prévisions pour 2021, à savoir une hausse de l’ebitda comprise entre 8 et 12% et une croissance des revenus supérieure à celle de l’ebitda.

Dividende intérimaire?

De son côté, Fernand de Boer table sur un trimestre faiblard, avec des revenus et des volumes déprimés par le Covid-19, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement et les comparaisons désavantageuses par rapport au même trimestre de l’exercice précédent. Il voit les volumes reculer de 1,6% et l’ebitda de 5,6%.

Néanmoins, il estime qu'AB InBev, qui pourra compenser l’inflation touchant les matières premières en la répercutant sur ses prix, maintiendra ses prévisions annuelles. Il ne pense pas qu’un dividende intérimaire soit à l’ordre du jour.

"Nous pensons que les progrès réalisés par AB InBev sur son chiffre d'affaires, la croissance attendue de ses bénéfices et son fort pouvoir de fixation des prix ne sont pas reflétés dans la valorisation, la société se négociant à une décote importante par rapport à ses pairs", conclut-il.

KBC Securities, qui fait partie des brokers les plus confiants sur la valeur ("acheter"; 80 euros) anticipe, pour sa part, un repli de 0,6% des volumes et une croissance de 0,8% de l’ebitda.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés