epinglé

Pas de miracle à l'abbaye de Westvleteren

Pour les livraisons à domicile, le casier en peuplier sera remplacé par un casier en carton 100% recyclé. ©BELGA

Les moines trappistes de Saint-Sixte ouvrent leurs bières à la livraison à domicile, mais sans ouvrir les vannes pour autant.

Faut-il compter sur le miracle? Ce mardi, l'abbaye trappiste Saint-Sixte de Westvleteren a failli nous y faire croire, en tout cas. Cela a duré quelques instants, le temps que l'on comprenne que ce qu'elle venait d'annoncer relevait surtout... de l'effet d'annonce.

La bonne nouvelle, d'abord: interpellés par les mesures de confinement et l'impact de celles-ci sur la distribution de leurs bières, les moines brasseurs de Westvleteren ont décidé d'élargir l'accès à leurs breuvages en lançant un nouveau service de livraison à domicile. Désormais, une partie de leurs stocks seront disponibles via commandes sur leur site et livraison à la maison par un service de messagerie. On ne sera donc plus d'office obligés d'aller le jour dit rechercher sur place, dans le Westhoek, les quelques casiers qu'on aura réussi à commander par web. Et pour faciliter le transport, l'abbaye a conclu un accord avec le spécialiste de l'emballage VPK: les bières à livrer seront conditionnées dans un casier et un emballage extérieur en carton 100% recyclé, et non plus condamnées à être véhiculées dans les lourds casiers en bois de peuplier traditionnels. Génial...

Les séances de vente dédiées aux bières à livrer à domicile seront limitées à... une par mois.

La moins bonne, ensuite: seule une quantité limitée de "Westvlet'" sera distribuée par le nouveau système; la majorité continuera d'être écoulée avec enlèvement sur place, à l'abbaye. Les séances de vente dédiées aux bières à livrer à domicile seront limitées à... une par mois. Et pas moyen de découvrir actuellement sur le site des moines quand aura lieu la prochaine: "chaque séance de vente (sera) annoncée quelques jours à l'avance sur le site web de la brasserie", claironne le monastère dans son communiqué. On est donc trop tôt aujourd'hui pour découvrir la précieuse date. On est condamné à aller visiter chaque jour l'abbaye virtuelle, afin de repérer le bon jour et de passer le plus rapidement possible commande. Car les moines préviennent aussi: il n'y aura sans doute pas assez de casiers disponibles. Il faudra s'armer de patience. Comme auparavant, en fait.

Sur ce plan-là, rien ne va changer, les frères trappistes de Flandre occidentale continueront de "gérer" religieusement la rareté de leurs produits. Et l'amateur devra continuer à prier Dieu sait quels saints (Sixte?) pour espérer décrocher le gros lot.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés