Realco a une solution pour combattre le gaspillage alimentaire

Selon la FAO, 14% de la nourriture mondiale est perdue avant même d'avoir atteint le stade de la vente. ©AFP

Selon Realco, l’emploi de produits d’hygiène enzymatiques permet de prolonger les dates limites de consommation, et même de doubler les délais dans certains cas.

Il est possible de diminuer de façon importante le gaspillage alimentaire en prolongeant la date limite de consommation grâce à l’emploi de produits d’hygiène différents. La société néolouvaniste Realco a publié, ce mardi, une étude scientifique qui met en évidence que l'utilisation de solutions d’hygiène à base d’enzymes permet d’augmenter jusqu’à 100% la date limite de consommation (DLC) des aliments dans les secteurs des plats préparés, de la cuisine collective et de la production de fromages ou de viande.

"Aux USA, nous avons allongé la date limite de consommation pour des hamburgers frais de 11 à 24 jours".
George Blackman
CEO de Realco

Realco propose depuis des années une solution de rechange aux détergents classiques. Elle a développé un ensemble de produits de nettoyage à base d'enzymes, inoffensifs sur le plan environnemental. Ceux-ci permettent de désintégrer le biofilm, une matrice organique qui protège les accumulations de bactéries et leur permet de résister aux solutions classiques de nettoyage et de désinfection.  

Des hamburgers frais plus longtemps

"Nous avons déjà des clients qui utilisent nos solutions depuis un certain temps", a expliqué George Blackman, CEO de Realco. "Aux USA, nous avons allongé la date limite de consommation pour des hamburgers frais de 11 à 24 jours. Dans le nord de la France, nous avons amélioré la DLC pour une usine de crevettes de 6 à 9 jours. Il y a plein d’exemples concrets, mais ce qui nous manquait pour convaincre l’industrie et nos partenaires, ce sont des preuves scientifiques. Maintenant, nous les avons".

88 millions
de tonnes
88 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année en Europe, pour un coût de 143 milliards d'euros.

L’étude en question a été réalisée conjointement par l’ULiège, Genalyse Partner (qui a effectué les analyses de biologie moléculaire) et Realco.  Elle a bénéficié d'un financement de la Région wallonne (DG06) et ses résultats ont été publiés dans la revue scientifique suisse Frontiers.

"L'étude a réussi à démontrer l’efficacité supérieure des nettoyages enzymatiques pour le nettoyage dans l’industrie agro-alimentaire, comparativement aux solutions de la chimie conventionnelle", selon Laurent Delhalle, Senior Scientist au département Food Science de l’ULiège.

Gaspillage monstre

Selon l'organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), environ 14% de la nourriture mondiale est perdue avant même d'avoir atteint le stade de la vente. Realco précise, de son côté, que la date limite de consommation a de lourdes conséquences qui se traduisent par le fait que 88 millions de tonnes de nourriture sont jetées chaque année en Europe, pour un coût de 143 milliards d'euros.

À noter encore que l'utilisation de produits enzymatiques dans l'industrie alimentaire pourrait aussi permettre de réduire le recours aux agents conservateurs dans les aliments transformés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés