Sucraf face à un ultimatum

La sucrerie de Kiliba, à l'arrêt depuis 1996. ©www.3tamis.org

L'actionnaire de référence de Sucraf convoque les actionnaires en assemblée générale extraordinaire. A l'ordre du jour: la dissolution et la liquidation de Sucraf.

L'actionnaire de référence, Sopex convoque une assemblée générale extraordinaire avec à l'ordre du jour la dissolution et la liquidation de Sucraf.

Sopex affirme en effet ne plus pouvoir supporter seul les coûts des procédures contre la sucrerie de Kiliba, au Congo, à l’arrêt depuis 1996 et menées pour défendre les intérêts des actionnaires et des administrateurs de Sucraf. La condition au prolongement de son soutien financier à Sucraf réside dans une participation des autres actionnaires aux coûts.

"S.A. Group Sopex est d'avis que malgré tous les efforts et les actions entreprises par le comité de direction de Sucraf - et compte tenu de la situation politique en RDC - il y a peu de chance d'aboutir dans un avenir proche à une solution", lit-on dans un communiqué.

Pour rappel le holding anversois ne possède qu'un seul actif: la sucrerie de Kiliba, au Congo, à l’arrêt depuis 1996.

La société attend en effet toujours une décision du tribunal dans les différentes procédures en cours. Elle n’a reçu aucune réaction de la part des autorités congolaises à la lettre du 5 août dernier dans laquelle le cabinet du Premier ministre congolais lui faisait savoir que "le dossier était analysé en profondeur par le ministère du Portefeuille en vue de trouver une solution." Sucraf leur a envoyé une lettre de rappel en date du 4 novembre.

L'assemblée générale extraordinaire est fixée au 10 juin prochain dans la foulée de l'assemblée générale ordinaire avec pour condition qu'une solution ne soit pas trouvée entretemps.

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés