Sucre, poids et bio: les trois ingrédients de la première fortune belge

©rv

Éric Wittouck, le Belge le plus riche en 2020 est un industriel du sucre reconverti en financier lorgnant du côté de Wall Street.

Éric Wittouck, le nouvel homme le plus riche de Belgique, est issu du monde sucrier. Distingué pour la première fois par Ludwig Verduyn, l’auteur du livre "De Rijkste Belgen", comme le plus fortuné de tous nos compatriotes, devant Alexandre Van Damme (AB InBev, Kraft, Burger King…) et la famille Frère, cet homme discret a fait fructifier ses avoirs en deux temps: un premier qui a conduit à la vente de la Raffinerie Tirlemontoise au groupe allemand Sudzucker en 1989, un deuxième qui l’a amené à confié la gestion de son argent à Invus, une société de capital-investissement établie à New York et manifestement bien inspirée dans ses choix de placements.

Éric Wittouck peut se targuer d’une belle généalogie. Sa famille est issue des Lignages de Bruxelles, ce club de quelques familles nobles qui trustaient les postes de direction à l’administration, l’économie et l’armée sous l’Ancien Régime. Et sa mère était une princesse russe: Hélène Sherbatow.

Un morceau qui rapporte gros

Né à Uccle le 5 octobre 1946, Éric Wittouck a passé une licence en sciences économiques. Dans les années 1980, on le trouve à la tête de la Raffinerie Tirlemontoise. C’est sous sa houlette, et avec Fred Chaffart au poste de CEO, que l’entreprise fait son entrée en Bourse de Bruxelles, puis qu’elle fait l’objet d’une offre publique d’achat par Südzucker. L’Allemand emporte le morceau… de sucre pour un peu plus de 38 milliards de francs, soit près d’un milliard d’euros. Les familles actionnaires – les Wittock et les Ullens de Schooten – qui contrôlaient 75% via RT Holding, réinvestissent le gros de l’argent dans un holding de diversification alimentaire d’abord baptisé Beledia et coté à Bruxelles, puis délisté, rebaptisé Artal et "exporté" au Grand-Duché.

Un axe Luxembourg-New York

Artal Group s’appuie sur les compétences d’Invus pour trouver les bonnes cibles. C’est ainsi qu’il fera successivement l’acquisition de Weight Watchers dans le secteur du contrôle du poids, ce qui en fera sourire plus d’un en songeant à l’origine sucrière du groupe, et de Blue Buffalo Pet, dans le créneau de l’alimentation bio pour animaux. La participation dans Weight Watchers connaîtra des hauts (avec la mise en Bourse de New York en 2001) et des bas, en parallèle avec les aléas des modes alimentaires, tandis que celle dans Blue Buffalo rapportera le pactole en 2017: elle sera revendue cette année-là avec une plus-value de 1,8 milliard.

L’an dernier, le magazine américain Forbes avait déjà repéré le rôle leader d’Éric Wittouck parmi les milliardaires belges: il l’avait classé premier du pays (et 191e mondial), avec une fortune qu’il estimait alors à 7,6 milliards de dollars. Le même Forbes l’estime aujourd’hui à 8 milliards et considère Wittouck comme la 169e fortune mondiale.

10,8
milliards d'euros
La fortune d'Éric Wittouck est évaluée à 10,8 milliards d'euros selon Luwig Verduyn, auteur de "De Rijkste Belgen".

Ludwig Verduyn évalue, lui, ses avoirs à 10,8 milliards d’euros. Un coup de fil au siège d’Artal à Luxembourg ne nous en apprendra pas plus: "écrivez-nous une lettre. On vous y répondra peut-être." L’homme réside aujourd’hui à Monaco, mais a gardé sa citoyenneté belge. Selon l’analyse de Forbes, la meilleure décision d’investissement qu’il aura prise durant sa carrière aura été de faire confiance à Invus et, indirectement, à Wall Street. Ce qui est sans doute réducteur: la cession de la Raffinerie et la diversification opérée à l’époque auront également joué un rôle majeur dans sa saga.

CV Express

Né le 5 octobre 1946 à Uccle.

Diplômé en sciences économiques.

A présidé le groupe faîtier RT Holding jusqu’à la cession de la Raffinerie Tirlemontoise à Südzucker en 1989.

A participé à la création du holding de diversification Beledia, rebaptisé Artal.

Président du conseil d’Artal Group à Luxembourg.

Belge le plus riche selon Forbes, en 2019…

… et selon De Rijkste Belgen, en 2020.

Un château en Forêt de Soignes

C’est le grand-père d’Eric Wittouck, Paul, qui a fait construire le Château de la Fougeraie, au milieu de la drève de Lorraine dans la Forêt de Soignes. Une construction bien connue des promeneurs bruxellois, due au coup de plume de l’architecte Louis Süe.

Investissement original

En 2018, Artal a investi quelques dizaines de millions de dollars dans Meow Wolf, une compagnie américaine qui a pour activité de déployer des parcs d’attractions centrés sur l’art dans les grands centres commerciaux aux États-Unis. "Des installations artistiques d’immersion", selon la description faite par la société. Son siège est à Santa Fe, au Nouveau Mexique. On ignore si son activité est touchée par la crise pandémique…

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés