Un fournisseur de Delhaize et Colruyt pointé pour de graves maltraitances d'animaux

©Photo News

Un fournisseur espagnol de Colruyt et Delhaize ne respecte pas du tout les conditions européennes du bien-être animal, selon des images filmées par Animal Equality. Les deux enseignes ont immédiatement indiqué qu'elles allaient réexaminer leur collaboration avec l'entreprise incriminée.

Colruyt et Delhaize vont réexaminer leur collaboration avec le fournisseur espagnol El Pozo. Les deux groupes l'ont annoncé ce lundi en réaction aux faits de maltraitance animale dénoncés par Animal Rights. Les deux chaînes de supermarchés ont décidé de retirer temporairement la viande porcine incriminée de leurs rayons. On parle de produits typiquement espagnol tel du chorizo.

Animal Rights dénonce, images vidéo à l'appui, de graves maltraitances sur des cochons au sein d'un élevage d'El Pozo. Les images ont été tournées par Igualdad Animal, une équipe d'investigation espagnole de l'association internationale Animal Equality. Les cochons y présentent de gigantesques abcès, des malformations importantes, des plaies infestées et d'énormes hernies ombilicales. Des porcs morts jonchent le sol parmi les espèces vivantes et les conteneurs de l'entreprise dans lesquels sont jetées les carcasses. 

Le secret d'El Pozo

Delhaize, qui vend plusieurs produits en provenance d'El Pozo, a fait savoir qu'une enquête avait été ouverte pour examiner précisément la situation. Tant que l'enquête est en cours, la collaboration est suspendue, a souligné l'entreprise. "La viande qui se trouve dans nos magasins est retirée des rayons. Les clients qui le souhaitent peuvent également ramener le produit", a expliqué le porte-parole de Delhaize Roel Dekelver.

"Nous allons poursuivre le dialogue avec notre fournisseur afin de déterminer comment évoluera notre collaboration."
Colruyt

Colruyt, qui n'en vend quant à elle qu'un seul, a également immédiatement retiré la viande El Pozo de ses étals, a indiqué le groupe dans un communiqué. "Nous allons poursuivre le dialogue avec notre fournisseur afin de déterminer comment évoluera notre collaboration."

Le fournisseur a déjà réagi aux dénonciations d'Animal Rights, soulignant que l'élevage respectait la législation espagnole et européenne. Selon l'entreprise, il s'agit de porcs qui présentent des maladies ou malformations congénitales et qui sont mis à l'écart pour surveiller leur état de santé.


Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content