Publicité
Publicité

Un grand nom du Médoc émigre en Belgique

Précédemment, le Vieux Moulin était établi dans la région de Bordeaux. ©Â© Charles O'Rear/CORBIS

Guy Merlaut, un nom connu dans le Bordelais, transfère son holding à Bruxelles. Il est apparenté au groupe Taillan, fondé et développé par Jacques Merlaut, le père de Guy.

Chaque semaine, des hommes et des femmes d’affaire français continuent de mettre le cap sur notre pays. Parmi eux, quelques-uns vont plus loin et transfèrent carrément le siège social de leur entreprise de la France vers la Belgique. C’est ce que vient de faire Guy Merlaut, qui a installé le siège de son Holding du Vieux Moulin à Laeken au début du mois de juillet. Précédemment, le Vieux Moulin était établi dans la région de Bordeaux… Et pour cause, puisque son président et unique associé fait partie de la famille Merlaut, qui compte parmi les grands noms des vignobles du Médoc.

Son père Jacques avait développé le groupe Taillan, qui pèse aujourd’hui 180 millions d’euros de chiffre d’affaires. Dans le "portefeuille" de crus du groupe figurent deux Margaux, un Haut-Médoc (Château Citran), un Saint-Julien, un Sauternes, etc. Taillan est dirigé actuellement par Denis Merlaut, fils de Jacques et frère de Guy, qui campe à la 23e place des fortunes du vin en France, selon le Dictionnaire du vin 2015.

La société à participations que Guy Merlaut a relogée à Bruxelles dispose d’un capital social de 32 millions d’euros. Son objet social est très large, mais de type holding.

"Les Merlaut sont tous restés actifs dans le secteur du vin."
Un porte-parole de Taillan

Coup de fil au Château Citran et au groupe Taillan, pour essayer de savoir ce que Vieux Moulin a en portefeuille. "Nous faisons partie du groupe Taillan, dirigé par Denis Merlaut", nous répond-on au Château. "Nous n’avons rien à voir avec Guy Merlaut." Au quartier général de Taillan, on nous explique que les enfants du fondateur Jacques Merlaut ont travaillé dans le groupe, puis qu’il y a eu un partage entre eux. A l’issue duquel Denis s’est retrouvé seul aux commandes de Taillan. "Mais les Merlaut sont tous restés actifs dans le secteur du vin dans la région", ajoute-t-on. Appel à un autre Château, renseigné comme appartenant à l’homme. Réponse: "Non, nous ne connaissons personne de ce nom ici, désolé." Bref, le mystère demeure sur la nature des actifs du holding transféré.

Comme sur les raisons de l’opération… On se bornera à rappeler que dans la plupart des cas, les transferts de siège sont motivés par des raisons fiscales: l’impôt spécial sur la fortune pousse nombre de Français nantis à émigrer. L’exonération partielle des plus-values sur actions et la plus faible taxation des dividendes en Belgique sont deux "plus".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés