Un lifting à 30 millions d'euros pour Lunch Garden

La chaîne de restaurants à bon marché souffrait d'une image vieillotte. Sous l'impulsion de sa nouvelle CEO, la soixante d'enseignes seront réaménagées d'ici 5 ans. Une évolution, pas une révolution.

Lunch Garden inaugure cette semaine ses deux premiers restaurants reliftés. Le début d'un vaste programme de modernisation des 62 restaurants qui durera cinq ans et qui nécessitera un investissement de 30 millions d'euros. Face aux fast food comme Quick ou McDonald's et aux nouvelles chaînes au profil plus qualitatif comme Exki, Lunch Garden avait bien besoin d'un ravalement de façade.

La chaîne traine en effet une image vieillotte. Bien que toujours bénéficiaire, son chiffre d'affaires plafonne à 120 millions d'euros par an. Insuffisant pour les nouveaux actionnaires, le fonds de private equity néerlandais H2 qui a racheté 49% des parts en 2009, le solde appartenant à part égale à KBC Private Equity et au duo Grégoire de Spoleberch-Thibaut van Höevel.

"Lunch Garden souffrait depuis dix ans d'un manque d'investissement, le personnel était demandeur d'une redynamisation", explique la nouvelle CEO, Annick van Overstraten. Sous l'impuslion de cette ex-patronne de Quick Belgique, arrivée en janvier dernier, Lunch Garden a effectué plusieurs études de marché sur sa cientèle son positionnement, et sa marque. Il en est ressorti que plutôt que de faire sa révolution, la chaîne devait évoluer et se moderniser. "Lunch Garden attire le belge moyen, la famille avec enfants, il fallait garder ce positionnement", indique la CEO.

Exit donc le décor triste et cheap, place à un aménagement plus dans l'air du temps voire presque "tendance" mêlant couleurs gris, blanc et vert pâle, mobilier plus design, une carte enrichie (pâtes, woks, salades, grills...) et de nouveaux services comme un espace enfants.

Après les restaurants du Meir à Anvers jeudi et de Berchem-Ste-Agathe demain, un 3eme restaurant sera encore rénové cette année, à Mons. Les autres suivront jusqu'en 2015.

Le but est clairement d'augmenter la fréquentation et donc de doper le chiffre d'affaires. Annick van Overstraeten estime en outre que le réseau est loin d'être complet. D'ici 2 à 3 ans, l'enseigne compte ouvrir de 7 à 10 nouveaux restaurants.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés