Uncle Ben's prévoit d'investir 34 millions d'euros en Belgique

©Wim Kempenaers

Uncle Ben’s, la filiale riz du géant américain, va investir 34 millions d’euros d’ici 2025 sur son site campinois. Olen est plus que jamais son centre d’expertise mondial pour le riz sec.

Membre du top 5 mondial des géants de l’alimentaire, le groupe américain Mars a installé en Belgique la plus grande usine de riz de sa filiale Uncle Ben’s en dehors des Etats-Unis. C’était il y a 40 ans.

©Wim Kempenaers

Idéalement installée le long du canal Albert à Olen, en Campine anversoise, l’usine Uncle Ben’s, qui emploie 150 personnes, peut produire jusqu’à 115.000 tonnes de riz par an. Il s’agit principalement de riz long grain (71 % de la production) et complet (9%) amené par bateau depuis l’Espagne ou l’Italie, les riz aromatiques (Basmati, thaï, 15 %) venant d’Inde ou du Pakistan.

95%
La quasi-totalité de la production (95%) part à l’export. Essentiellement en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, mais aussi dans une trentaine d’autres pays. Pas l’Amérique du Nord: ce marché est pris en charge par l’usine Uncle Ben’s de Greenville (Mississipi).

La Belgique, un marché modeste

Le Belge, grand amateur de pommes de terre, consomme moins de riz que ses voisins. Numéro un avec 33% de parts de marché, Uncle Ben’s ne retire que 47 millions d’euros de la vente de riz chez nous. Un marché en croissance modérée mais régulière (+ 1 à + 2 % par an), qui reste néanmoins modeste quand on sait que le marché européen du riz pèse 1,3 milliard d’euros.

Cela n’empêche pas l’unité campinoise du géant américain de garder son statut de centre d’expertise mondial du riz sec de Mars. Son centre de R & D a notamment permis de développer à Olen des innovations telles que le sachet cuisson (en 1983) ou encore le riz Express (en 2002).

©Wim Kempenaers

L’ancrage belge d’Uncle Ben’s est plus que jamais à l’ordre du jour. D’ici 2025, pas moins de 34 millions d’euros devraient être investis dans l’usine campinoise: 4 millions cette année et 30 millions les années suivantes. "Ces investissements seront consacrés notamment à des innovations et à des améliorations dans le processus de production", précise Erik Owino, directeur de l’usine Mars Food d’Olen.

Une usine eco-friendly

"Ce qui est sûr, c’est qu’Olen reste une des unités de production les plus efficaces du groupe. Et nous voulons maintenir l’usine à la pointe en matière de technologie et de compétitivité pour les prochaines années."
Erik Owino
Directeur de l’usine Mars Food d’Olen

Celui-ci reste prudent sur les perspectives d’emploi. "Tout dépendra du genre d’innovations que nous lancerons. Mais ce qui est sûr, c’est qu’Olen reste une des unités de production les plus efficaces du groupe. Et nous voulons maintenir l’usine à la pointe en matière de technologie et de compétitivité pour les prochaines années."

Depuis le début de l’année, l’usine d’Olen produit 100% de son électricité à partir d’énergies renouvelables. Et ses déchets sont intégralement recyclés. 

©Wim Kempenaers

Le riz amené à l’usine campinoise est passé à la loupe: chaque grain est contrôlé au laser, et ceux qui sont trop petits ou trop foncés sont écartés de la chaîne de production. Environ 2 % des grains de riz sont ainsi retirés de la chaîne de production.

Mais ils ne sont pas pour autant jetés. "Nous avons des accords avec d’autres usines Mars qui peuvent les réutiliser, en les transformant en nourriture pour animaux. Nous avons aussi des partenariats avec des éleveurs locaux", précise Erik Owino.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés