Une champignonnière pousse sous les abattoirs d'Anderlecht

L'abattoir d'Anderlecht. ©BELGAIMAGE

Après avoir testé leur concept sous le nom Le Champignon de Bruxelles, trois jeunes Bruxellois vont créer une coopérative et investir les caves de Cureghem pour y développer leur production de shiitake.

Leur business, c’est le champignon. Le shiitake plus précisément. Depuis un an, cette espèce commune en Chine ou Japon pousse aussi dans les sous-sols des Ateliers des Tanneurs, au centre de Bruxelles.

"Notre ambition est de nous diversifier dans les produits transformés ou en proposant d’autres variétés."
Hadrien Velge

Sous le nom "Le Champignon de Bruxelles", trois jeunes Bruxellois de 27 à 31 ans (Hadrien Velge, Sevan Holemans et Raphaël Lambrechts) y ont démarré une production de shiitake. Une centaine de kilos par semaine, écoulée dans des magasins bio et des restaurants de la capitale.

Vitesse supérieure

Hébergés jusqu’ici par la coopérative d’activité Debu(u)t, ils devraient créer une société coopérative dans les prochaines semaines, dans le but de lever une partie des moyens nécessaires pour passer à la vitesse supérieure.

"Nous visons une production de 800 kilos à une tonne par mois, situe Hadrien Velge, économiste de formation. Notre ambition est aussi de nous diversifier, notamment dans les produits transformés ou en proposant d’autres variétés."

Pour ce faire, l’équipe a décidé de déménager aux Abattoirs d’Anderlecht pour y aménager une champignonnière de 450 m² sous le marché couvert historique.

Hadrien Velge, Raphaël Lambrechts et Sevan Holemans, le trio du Champignon de Bruxelles.

Le trio entend rassembler 100.000 euros pour couvrir l’investissement, la moitié par emprunt bancaire, l’autre par apport des (futurs) coopérateurs. L’équipe s’est fixé pour objectif de démarrer la production à Anderlecht en septembre prochain.

La coopérative a aussi pour projet d’exploiter des déchets organiques locaux comme substrat pour ses champignons: résidus de brasserie (la drêche) ou bois de hêtre issu des coupes en forêt de Soignes.

Ferme suspendue

Les Abattoirs d’Anderlecht accueilleront aussi cette année une ferme sur le toit du FoodMet, la nouvelle halle alimentaire voisine du bâtiment classé (L’Echo, 10/11).

Ce projet de 2,5 millions d’euros est dû à Building Integrated Greenhouse, société créée par un trio international: le belge LTF Development, l’allemand ECF et le suisse TZervices.

Cette ferme urbaine et suspendue est prévue sur 4.000 m², dont la moitié de serres dites aquaponiques car associant aquaculture et hydroponie (culture hors-sol). En sortiront fruits, légumes et poissons, que BIG compte écouler via le FoodMet un étage plus bas, via les commerces et restaurants avoisinants mais aussi, et principalement, via la grande distribution.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés