Une IPO à au moins 5 milliards dollars pour les activités asiatiques d'AB InBev

©AB INBEV CHINA

Le groupe brassicole belgo-brésilien AB InBev a déposé auprès des autorités boursières hongkongaises son prospectus en vue de l'IPO de ses activités "Asie-Pacifique". Le mois de juillet est évoqué pour l'opération.

Le groupe brassicole AB InBev confirmait en début de semaine son intention d'introduire sur les marchés ses activités asiatiques. L'opération se précise. Le groupe annonce avoir en effet introduit le prospectus auprès des autorités de la Bourse de Hong Kong. L'IPO d'une partie minoritaire des actions pourrait permettre à AB InBev de lever au moins 5 milliards de dollars, selon certaines sources.

Le document ne reprend toutefois aucun détails financiers.

AB InBev Asie-Pacifique (Budweiser Brewing Company APAC Limited), qui regroupe de grands marchés comme la Chine ou l'Australie mais aussi l'Inde, le Vietnam et la Corée du Sud, représentait l'an dernier 18% des volumes de production du groupe et 14% de son résultat opérationnel sous-jacent. Les revenus de cette division s'élevaient à 8,47 millions de dollars. "Nous avons dans la région un portefeuille de 50 marques toutes bien positionnées pour suivre la tendance de consommation, même dans le premium", explique-t-on chez AB InBev.

40-70 milliards $
Valorisation
Selon les analystes, une IPO permettrait de valoriser les activités Asie-Pacifique de 40 à 70 milliards de dollars.

Les analystes de Jefferies indiquaient qu'une valorisation raisonnable des activités Asie-Pacifique d'Ab InBev se situait entre 40 et 50 milliards de dollars. JP Morgan table jusqu'à 70 milliards de dollars.

Objectif: réduire la dette

Dans le chef d'AB InBev, cette opération permettrait de réduire la dette nette qui plafonnait fin décembre à 102,5 milliards de dollars; une dette qui avait explosé avec le rachat en 2016 de la rivale SABMiller. Elle permettrait également de poursuivre les acquisitions dans la région. "Nous croyons que notre activité est une plateforme attractive pour envisager de manière sélective les potentielles fusions & acquisitions en Asie Pacifique", explique-t-on au sein d'AB InBev. "Cette cotation peut accroître notre capacité d'explorer ces opportunités d'expansion non organiques."

Lors de la publication de ses résultats trimestriels, le groupe annonçait souhaiter voir son ratio dette nette/EBITDA passer sous les 4 fois d'ici fin 2020. Il était 4,6 fin 2018. Avec un tel objectif, AB InBev veut réduire ses intentions de distribution du dividende et de payout.

"Il n'y a aucune garantie que cette opération sera finalisée et la décision dépendra d'un certain nombre de facteurs, y compris, sans toutefois s'y limiter, la valorisation et les conditions de marché."
AB InBev

Pour AB InBev une introduction partielle de l'activité permettra certes d'accélérer ce processus, mais l'amélioration du ratio dette nette/EBITDA ne dépend pas uniquement de cela, insiste-t-on chez AB InBev.

"Il n'y a aucune garantie que cette opération sera finalisée et la décision dépendra d'un certain nombre de facteurs, y compris, sans toutefois s'y limiter, la valorisation et les conditions de marché", ajoute-t-on au sein du groupe.

L'introduction sur les marchés est selon toute vraisemblance prévue au second semestre de cette année, le mois de juillet est évoqué dans les rangs du brasseur. Elle pourrait être la plus importante de l'année sur le marché de Hong Kong depuis les 7,5 milliards de dollars levés par ChinaTower Corp. Jusqu'ici les IPO sur cette place ont permis de lever 4,5 milliards de dollars contre 12,1 milliards sur le NYSE et 9,4 milliards sur le Nasdaq selon les données Refinitiv data.

JP Morgan et Morgan Stanley accompagnent le brasseur dans cette opération. Deutsche Bank serait aussi dans la liste.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect